Carrion de los Condes

Le chemin longe la route... ca parait interminable... il suffit de passer entre les bornes... l'enthousiasme retombe (sourire)

Quatrieme etape apres Burgos. http://www.chemins-compostelle.com/...

camino152.JPG

Retour en arriere a Sambol, la ou il m'a semble que les chemins de Santiago et de Katmandou se croisaient...

camino13101.JPG

Un refuge sans eau ni electricite... un accueil etrange... un hospitalier perdu dans la contemplation du paysage (ici assis a la terrasse) et de son monde interieur... des jeunes silencieux... reminiscence d'autres lieux dans un autre temps...

camino_1399.JPG

L'interieur du refuge

A chacun son chemin... confrontation entre reves et realite...

camino1414.JPG

Scene de bar a Castrogeriz

Commentaires

1. Le vendredi 15 juin 2007, 18:36 par ferme du soleil

Super !!!! on vit un peu le chemin avec toi , génial tes photos continue à nous faire rêver......à trés bientôt et prends soin de toi
bises Marie-Pierre et Guy

2. Le vendredi 15 juin 2007, 20:28 par eli

Intriguant ce Kathmandu de Sambol, belle scène de dévotion je trouve, une réalité de rêve. Le chemin longe la route et l'enthousiasme retombe ?!!! Et le chemin intérieur alors ? Fluctue-t-il en fonction des paysages ? S'agit-il bien d'un pèlerinage ?

Oui, je sais, je suis un peu abrupte… je dévalle collines et montagnes… sans bouger de mon canapé… Parfois.
Bises.
eli

3. Le vendredi 15 juin 2007, 21:12 par becdanlo

@Marie-Pierre et Guy de la ferme du soleil:
Ces curieux les photos: les plus beaux paysages paraissent parfois ternes une fois a l'ecran et d'autres fois un petit detail rend mieux une atmosphere... j'ai encore des choses a apprendre... sourire.
bises

@eli:
S'agit-il bien d'un pelerinage?
Une bonne question... que je me pose aussi parfois...
Je pense que le pelerinage, tel que tu le decris en Inde, est peut etre plus facile "a accomplir" que celui de Compostelle, Curieusement c'est en Espagne que la dimension religieuse est la plus "manquante"... eglise fermee ou dont l'entree est payante... le pelerin est renvoye plus souvent a lui-meme... pas evident... surtout quand le paysage devient ingrat... sourire

bises

bec'

4. Le vendredi 15 juin 2007, 22:07 par jamb

C'est vrai qu'il est plus facile de prier dans les bodegas que dans les églises qui sont fermées ou payantes...il vaut peut etre
mieux avoir de la pluie sur la meseta que de la grosse chaleur...
peut etre aurez vous la chance de traverser la Gallice sous le soleil...cela doit etre magnifique
A Carrion de los condes tout le monde avait envie de s'arreter
chez les Clarisses : l'église était close et les soeurs invisibles
et l'hospitalier pas très accueillant.
Moralité : il ne faut pas penser à ce que l'on voudrait trouver mais etre heureux de ce que l'on trouve
Amitiés ANNe Marie et Félicie

5. Le samedi 16 juin 2007, 02:22 par eli

Le pèlerinage en Inde plus facile à accomplir ? Disons que lorsque tu te seras essayé aux deux, tu pourras comparer en connaissance de cause… lol

Les églises fermées, (et payantes par dessus le pèlerin !!!) sont un détail peu important. Le temple véritable et originel est le corps, la divinité qui y réside est l'Esprit. C'est du moins ce que disent les pèlerins de l'Inde… Mais Dieu en sait plus…

Et tu as raison, en Espagne il est sûrement plus facile de se relier à Internet qu'a Dieu…

Buen viaje caballero !

eli

6. Le samedi 16 juin 2007, 15:51 par becdanlo

@jamb
"il ne faut pas penser a ce que l'on voudrait trouver mais etre heureux de ce que l'on trouve"... oui, ca serait deja de la sagesse... je n'en suis pas encore la... quoique... rires
Pour ce qui est de la chaleur, vu le peu d'arbres rencontres, je crois que j'ai effectivement de la chance.

Merci d'etre la

amities

@eli:
Je disais plus facile a "accomplir" dans le sens ou le pelerin Indien semble savoir ce qu'il doit accomplir en terme de "rituel". Le pelerin de Saint Jacques est pratiquement livre a lui-meme... c'est "l'auberge espagnole".
Bon... un jour, peut etre je serais en mesure de comparer...
sourire. J'ai eu la chamce de pouvoir lire ton commentaire ce matin... ca a nourri ma marche pendant encore 26 kilometres sur le plat.

bises

bec'

7. Le dimanche 17 juin 2007, 21:02 par eli

Heureuse de t'avoir tenu compagnie… sur le plat. En montée cela aurait été différent… lol.

Je vois bien ce que tu veux dire, en Inde, il y a une intensité collective qui facilite grandement la "mise en prière" durant la marche. Il s'agit plus de cela que de rituels je crois. Je parlais de toi hier au cours d'un dîner ou un Espagnol était présent. Il mettait en cause l'affluence, raison pour laquelle les Eglises seraient fermées. Etrange tout de même… J'ai vu parfois des lignes de pèlerins, serrés les uns contre les autres, attendant de pouvoir entrer dans un temple, et qui s'étalaient sur presque un kilomètre… Mais c'était des files indiennes… A chaque pays sa spécialité.

Buen camino
eli

8. Le lundi 18 juin 2007, 15:21 par becdanlo

@eli:
Toutes les eglises ne sont pas fermees... il y en a d'ouvertes dans les petites villes... mais il faut parfois se presenter que le soir. Hier soir, il y avait un lieu avec un moment reserve a la priere ou la meditation dans l'albergue ou je residais... nous n'etions qu'une dizaine sur une trentaine de residents... c'est aussi un phenomene que l'on observe regulierement: beaucoup de "pelerins" ne sont pas... "croyants". J'imagine mal en Inde un pelerin "non croyant"
Decidemment le Camino est bien etrange...

bises

bec'

9. Le lundi 18 juin 2007, 23:54 par eli

Hum… Un pelerin "non croyant", c'est un "voyageur", non ?

Beaucoup de personnes associent Dieu à la religion, et ce Dieu là, je n'y crois pas non plus… trop "idéal", au sens ou il n'existe qu'en tant qu'idée, idée du bien, idée du mal.. Dieu, tel qu'on le découvre dans les yeux des Hindou, est une réalité… Il réside dans le coeur des humains, entre autre endroit, c'est pour cela que le corps est un temple. Lorsque l'on arrive à tout calmer en soi, et que l'on a entretenu le temple correctement, on peut l'entendre… en fait, ce que je dis est faux, car alors, il n'y ni soi, ni Dieu. Ni être, ni non-être… Je pense que cela rejoint la pensée mystique, qu'elle soit chrétienne, musulmane, navajo… sauf que les hindou - tous comme les navajo et autres peuples reliés à une Terre sacrée- ne voient rien de mystique là-dedans, juste la réalité.

Le Mystère…
Il se révèle dans l'amour. Je t'en envoie une brassée.
eli

10. Le mardi 19 juin 2007, 18:46 par becdanlo

@eli:
Je te lis... "et je t'ecoute", comme disent certains personnages des Contes des Mille et une Nuits (sourire)
Je t'ecoute et ca sonne juste... "lorsque l'on arrive a tout calmer en soi"... c'est aussi le fameux "lacher prise"... qui est si difficile a concevoir...vouloir et ne plus vouloir... "ni soi, ni Dieu...
Je te remercie de nourrir... ma (de)marche.
Merci aussi pour la brassee d'amour... je vais en poser une branche sur le chemin

bises

bec'