Les coulisses de l'écriture

Trouver l'inspiration, techniques d'écriture

Les coulisses de l'écriture

Messagepar becdanlo » Ven Juil 02, 2010 9:23 pm

Les coulisses de l'écriture, avec des sujets inédits:

- Comment adopter le point de vue d’un enfant ?

- Comment utiliser Internet pour améliorer ses descriptions ?

- Comment écrire sur sa famille… sans la perdre ?

- Organisez votre retraite d’écrivain

- Réussir ses recherches historiques avant d’écrire


http://www.enviedecrire.com/category/co ... -ecriture/
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6911
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar becdanlo » Ven Déc 24, 2010 2:03 pm

Tout sur les clichés :

Prenez un homme, une femme ou mieux, un couple après l’amour dans le petit matin. Placez les dans une maison ensoleillée, une chambre tiède, et vous aurez votre accroche. Lorsqu’ils se réveilleront, fourbus après une nuit d’amour sans fin, ils regarderont avec délectation les « rayons du soleil qui glissent, transpercent, filtrent, descendent comme des doigts à travers les lames du store. »

http://www.fluctuat.net/7112-10-cliches ... s-a-eviter
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6911
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar becdanlo » Ven Nov 11, 2011 11:28 am

Un article intéressant sur : "Oser finir un roman":

Faire le deuil du livre rêvé

Mener un projet long à son terme, c’est passer d’une rive du fleuve à l’autre, se prouver à soi-même qu’on en est capable. C’est se confronter à la réalité d’une œuvre écrite et non pas stagner dans le fantasme de l’écriture. C’est faire le deuil d’un livre rêvé pour se confronter à la réalité d’un texte (imparfait, forcément imparfait). C’est se dire : je ferai mieux la prochaine fois, et entreprendre un autre projet, écrire, encore et encore.

http://www.enviedecrire.com/oser-ecrire ... ne-jaegle/
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6911
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar nicamic » Ven Nov 11, 2011 3:16 pm

Article intéressant c'est vrai. Je l'approuve entièrement quand elle dit qu'un auteur doit faire l'effort d'aller jusqu'au bout sans nécessairement soumettre son texte à qui que ce soit en cours de route. Elle a raison aussi, je crois, quand elle recommande de revenir soi-même sur son propre texte après un certain temps d'attente, autrement dit en prenant du recul dans tous les sens du terme.
J'ajouterai personnellement un élément que je juge important et qu'elle aborde peut-être ailleurs : il est souvent stimulant de travailler des chapitres de son roman, voire des passages de chapitres, en fonction de ses pulsions du moment, sans s'obliger à progresser pas à pas, un chapitre après l'autre dans l'ordre. Cela suppose cependant un schéma même succinct de l'ensemble et surtout une idée assez précise de "où on veut en venir", donc du dernier chapitre, y compris si, in fine, on opère des modifications. Pour ma part, c'est ainsi que je travaille et j'en tire un avantage énorme : celui d'écrire toujours dans la jubilation !
"Ne te courbe que pour aimer."
Avatar de l’utilisateur
nicamic
 
Messages: 308
Inscription: Jeu Mar 12, 2009 6:02 pm
Localisation: Perpignan

Messagepar becdanlo » Ven Nov 11, 2011 11:24 pm

nicamic a écrit:
Cela suppose cependant un schéma même succinct de l'ensemble et surtout une idée assez précise de "où on veut en venir", donc du dernier chapitre, y compris si, in fine, on opère des modifications. Pour ma part, c'est ainsi que je travaille et j'en tire un avantage énorme : celui d'écrire toujours dans la jubilation !


Oui, je suis aussi d'accord qu'il faut savoir où on va... sinon on risque de se perdre en route.

Ah, la "jubilation"... c'est un mot fort : jubiler -> pousser des cris de joie :lol:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6911
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar nicamic » Sam Nov 12, 2011 12:15 am

becdanlo a écrit:
nicamic a écrit:
Cela suppose cependant un schéma même succinct de l'ensemble et surtout une idée assez précise de "où on veut en venir", donc du dernier chapitre, y compris si, in fine, on opère des modifications. Pour ma part, c'est ainsi que je travaille et j'en tire un avantage énorme : celui d'écrire toujours dans la jubilation !


Oui, je suis aussi d'accord qu'il faut savoir où on va... sinon on risque de se perdre en route.

Ah, la "jubilation"... c'est un mot fort : jubiler -> pousser des cris de joie :lol:

C'est exactement mon cas, intérieurement, cela va de soi :wink:
"Ne te courbe que pour aimer."
Avatar de l’utilisateur
nicamic
 
Messages: 308
Inscription: Jeu Mar 12, 2009 6:02 pm
Localisation: Perpignan


Retourner vers Conseils d'auteurs à auteurs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron