L'enfer des cadres - Yacine Khalfi

Messagepar Ishtar » Mar Déc 04, 2007 9:58 pm

La guerre du Golfe est un excellent exemple, pour constater que la télévision est devenue un instrument de contrôle mais aussi de trucage.
De plus, la télévision est sans conteste le plus efficace des moyens de surveillance. On est constamment épiés par des caméras de surveillance (dans la rue, dans le métro,...).
On ne parle plus que de télésurveillance, de téléconférence, de vidéotransmission, de téléconsultation, etc,...

N'est-ce-pas Bernanos qui avait dit : "que l'on ne pouvait plus parler de "civilisation" mais de "système".
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar Philipum » Mar Déc 04, 2007 10:17 pm

Rien ne nous force à regarder la télévision. Surtout depuis qu'internet existe !
Avatar de l’utilisateur
Philipum
 
Messages: 1584
Inscription: Jeu Nov 22, 2007 9:50 pm

Messagepar Christian Domec » Mer Déc 26, 2007 3:39 pm

Bonjour,

aminelicia a écrit:
les gens incompétents et ignares ont pris trop de valeur

Ma mémoire me surprendra toujours. Lorsque j'ai lu la présentation de votre oeuvre, ici, j'ignorais avoir déjà échangé - rapidement - avec vous. Mais... L'écrivain Rachid Mimouni - que je recommande vivement - et cette citation :
Citation:
Il n'est pas facile [...] d'être Administrateur. C'est un poste qui exige beaucoup de qualités. Il faut faire montre d'une grande souplesse d'échine, de beaucoup d'obséquiosité, d'une totale absence d'idées personnelles de manière à garder à ses neurones toute disponibilité pour accueillir celles du chef. Il faut surtout se garder comme de la peste de toute forme d'initiative. Notre Administrateur observe à la lettre ces sacro-saints principes. C'est un homme intelligent Je prédis qu'il montera haut dans la hiérarchie.
in Le Fleuve détourné
ressurgissaient. Me rappelant l'avoir utilisée récemment (!) j'ai retrouvé un court échange datant de... septembre 2006.
Il faut donc que je vous lise !

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 627
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar aminelicia » Mer Déc 26, 2007 9:39 pm

Bonsoir

C'est curieux et il me semble à moi aussi que nous avons déjà échangé des commentaires, en 2006, je crois, au sujet du livre "Le fleuve détourné" de Rachid Mimouni. Vous avez fait alors le rapprochement avec mon ouvrage où je parlais justement des travers de l'administration algérienne dirigée par des gens ignares et incompétents. Je vois que vous avez un mémoire fidèle qui a gardé les principaux points soulevés alors.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar becdanlo » Lun Déc 31, 2007 4:08 pm

L'autobiographie de Gramophone a été déplacée à cette adresse:

http://www.becdanlo.fr/forum/viewtopic.php?t=130
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6911
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Christian Domec » Jeu Mai 29, 2008 10:52 am

J'ai commencé la lecture de L'Enfer des cadres ; ce petit pavé que je n'aurai pu lire sur écran va m'occuper quelques jours (j'ai d'autres lectures en cours). Dès que j'ai fini, j'en ferai la critique ici.

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 627
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Christian Domec » Mar Juin 03, 2008 9:34 pm

Yacine,

L'Enfer des cadres m'a accompagné ces derniers jours - principalement dans les rues menant au boulot.

L'écriture est soigneuse et on sent dans le mouvement des phrases composant ce récit une grande douceur, comme ces vagues, d'une mer apaisée, imprimant loin sur le rivage quelques traces d'écume avec régularité... douceur qui ne va pas accompagner l'enfer, non, non, mais une longue plainte ; celle d'un homme blessé.

L'origine de cette blessure, le moment où l'éraflure surgit, l'instant où elle se révèle est assez anecdotique : une sombre histoire liée à la décision d'un responsable administratif de décaler d'une journée la vente de trois voitures réformées. A cet événement minuscule suivront quelques traquenards, des tracas, une menace de peine et finalement l'acquittement du responsable de cette illusoire boulette, vous, Yacine Khalfi.

Cette histoire dérisoire à première vue ne l'est point parce que vous la vivez comme une atteinte à votre dignité, comme l'effondrement d'un monde.

La dignité ne se discute pas. En lisant votre ouvrage je me rappelais ces ouvriers d'une usine du Sud de la France qui acceptèrent sans trop rechigner des charrettes de licenciement, mais le jour où la douche fut supprimée (reléguée hors des heures de travail), ils firent grève sur le champ et durement et au bout de plusieurs jours firent céder leur direction : tous les observateurs patentés n'y comprenaient rien, sauf à savoir ce que dignité est.

Le monde qui s'effronde : celui d'un fonctionnaire consciencieux et optimiste qui développe ses compétences pour les mettre au service de son pays, pays neuf à l'accouchement douloureux d'une lutte puis guerre de libération de 17 ans (de Sétif à Evian). C'est celui qui - dans un autre contexte - est suggéré dans la pièce Mort d'un commis voyageur.

Mais tout s'effondre-t-il ? Que non ! Vous êtes entouré, accompagné durant cette épreuve par de véritables amis : Si Brahim, Si Amar, Si Mohamed, et le magnifique et intègre Moncef, héros discret du maquis. Non loin de vous se trouve Myriem votre femme à la sensibilité intelligente et apaisante.

Il est toutefois difficile d'éviter, lorsqu'une histoire comporte des péripéties judiciaires, un certain ressassement, une loupe déformante. Je vais être franc avec vous, Yacine, votre histoire entre bien trop dans les méandres des procédures et interrogatoires qui vous marquèrent ; ces longueurs étouffent la précision, asphyxient votre récit. Il était intéressant de les écrire dans votre document de travail, mais souhaitable de les élaguer sans vergogne et précisément dans le livre à publier. D'autant que votre critique du système reste assez générale et évasive, même si elle sonne juste.

Les plus beaux moments de votre récit, là où vos phrases se font sonores et belles sont ces réminiscences de l'enfance, ces échappées dans les montagnes, mais aussi votre rencontre avec Myriem et votre subterfuge pour la convaincre de votre amour. Tous ces morceaux de mémoire que vous savez si bien restituer.

Yacine, écrivez-nous un nouveau livre - roman ou mémoire - où les affres sont traitées avec des phrases brèves, tranchantes, nerveuses, impétueuses même (la description du rouget, l'enquêteur sournois, était bonne). Abandonnez-vous à la délicatesse pour évoquer les joies, les peines, les espoirs, les saisons, le temps des amours et des lettres, la course d'un enfant à la poursuite du ressac.

Christian.

PS : peu de coquilles, mais, pour sourire, regardez la page 116, la phrase commençant par "Ainsi" à la troisième ligne ;-) Il n'y a pas à dire - plus discrètement que pour Carine - l'inconscient travaille et le manifeste !
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 627
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar aminelicia » Mar Juin 03, 2008 11:31 pm

Bonsoir Christian

Je vous remercie infiniment d'avoir pris la peine de lire mon livre et d'apporter vos critiques, lesquelles sont essentiellement positives. Elles me font chaud au coeur.

Je suis conscient que "L'enfer des cadres" comporte des insuffisances. Mais il faut que vous sachiez que j'ai rédigé la plupart de ses chapitres entre 1985 et 1987, à un moment où je subissais des tensions extrêmes dans mon travail et par répercussion, dans ma vie familiale. A cette époque, je sentais comme un lourd fardeau sur les épaules. J'avais donc absolument besoin de soulager mon coeur, d'un fardeau trop lourd à porter. Et d'exprimer mon ressentiment et ma haine légitime envers un système ingrat, érigé par des incompétents haut placés, qui ne savent s'attaquer qu'aux cadres honnêtes et intègres.

C'est pourquoi je me demande d'ailleurs comment j'ai eu la force de transcrire noir sur blanc, tout ce que j'avais vécu alors. Ce fut comme un exutoire (comme aurait dit Carine!), qui me libérait de mon stress et de mes douleurs intérieures.
Tout cela pour vous dire que mon écriture s'est faite machinalement, où je n'ai nullement songé à soigner mon style et mon vocabulaire. Mon inspiration s'est faite spontanément et instantanément.

Cela étant expliqué, je vous avoue qu'au préalable, je n'ai jamais soumis mon manuscrit, lorsque je l'ai terminé, ni à aucune relecture, ni à aucun travail de correction. Je l'ai longtemps gardé dans mes tiroirs. Puis avec l'avènement d'Internet, je l'ai purement et simplement "balancé" sur le Net, tel qu'il est, à l'état brut. Je n'escomptais en tirer aucune gloire ou en tirer un bénéfice quelconque. Je désirais simplement que les lecteurs connaissent combien parfois est dur le métier de responsable, et les tourments qu'il peut subir dans l'exercice de ses fonctions.

Certains m'ont reproché d'être trop narcissique dans mon témoignage. Mais ceux qui me connaissent bien, savent combien je suis réservé, timide et modeste. C'est l'amère expérience que j'ai vécue, qui m'a forcé à sortir de ma "coquille".

Encore une fois, toute ma reconnaissance pour vos éloges. Si l'occasion se présente, j'essayerais d'écrire un autre "roman" (sourire).

Yacine

PS : Il faut que je localise la ligne 116, car l'édition de Lulu (que je possède), ne comporte pas le même nombre de pages que celle de Brumerge (que je ne possède pas encore).
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar Christian Domec » Mar Juin 03, 2008 11:42 pm

Yacine,

Merci pour votre réponse ; je comprends bien ce qui vous a poussé à écrire ce livre.

J'attends donc votre roman avec impatience ;-)

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 627
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Ishtar » Mer Juin 04, 2008 3:00 pm

Yacine, j'ai reçu la commande Brumerge... je vais vous envoyer votre exemplaire Poche de "L'Enfer des Cadres"
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Précédente

Retourner vers Autobiographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron