Mundélé - Carine Geerts

Les textes en cours d'écriture

Mundélé - Carine Geerts

Messagepar Ishtar » Lun Jan 28, 2008 12:05 pm

Voici mon second roman : Mundélé

Il me faut encore retravailler le texte, la mise en page ainsi que la couverture et la 4ème... mais j'y travaille ardemment...

Résumé
Cet ouvrage est le récit d'un homme dont l'échelle des valeurs a été bouleversée au contact d'autres hommes et d'autres femmes, de qui tout le sépare : les origines comme les préoccupations.
C'est l'histoire d'une quête, celle de Willy Thijs, qui décide brusquement de tout abandonner : argent, métier et prérogatives sociales... pour repartir à zéro et vivre auprès des Pygmées Babingas.
Il ne savait pas qu'il allait ressentir palpiter la Vie, grâce à une jeune Pygmée, Aimée Bizi Bazouma et qu'elle allait lui faire connaître le Bonheur Véritable, empreint de Pureté et d'Harmonie.
Il ne savait pas qu'il allait devoir repartir en Belgique, dégoûté, meurtri et poursuivi par l'opprobre de la société bien pensante des Belges au Congo.

Les personnages

Aimée Bizi Bazouma
Jeune pygmée de 18 ans.
Elle est initiée par le sorcier du village car elle a le spirituel particulièrement élevé et a le don des connaissances des lois de la Nature, de la vie des animaux, des végétaux et des hommes.
Willy Thijs
Agent Territorial belge de 23 ans.
Collationneur infatiguable des traditions primitives pour le Gouvernement belge.
Henry Morton Stanley
Journaliste américain de 32 ans.
Travaille pour le compte de l'éditorial américain "The New-York Herald".
Fait des recherches au Congo concernant "le rite de Bwiti" des pygmées.
Joseph Banza Mukalay
Chef du village et autorité coutumière légalement reconnu par l'administration belge.
Hector Mediavilla Sabaté
Sorcier/guérisseur et autorité occulte du village.
Connaît tous les secrets de l'alchimie végétale et les usages des plantes ainsi que les secrets de la magie opérationnelle.

Voilà ! Le décor est planté...
L'aventure du "nègre blanc" peut commencer.
L'histoire se situe au Congo; terre de passion, de rêves et de vie où la musique entre dans le corps par les vibrations transmises du plus profond de la terre, au plus profond des entrailles; où le sens des odeurs, des parfums, des senteurs transforme à tout jamais la perception olfactive des choses...


http://membres.lycos.fr/bernardfauren/Mundele2.pdf
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar Philipum » Lun Jan 28, 2008 12:32 pm

Chouette chouette chouette ! Celui-là, je me réjouissais de pouvoir me le mettre sous la dent :wink:
Avatar de l’utilisateur
Philipum
 
Messages: 1584
Inscription: Jeu Nov 22, 2007 9:50 pm

Messagepar MarcF » Lun Jan 28, 2008 1:42 pm

Super nouvelle, Carine

Je regarde des que possible.

Marc
Avatar de l’utilisateur
MarcF
 
Messages: 13
Inscription: Mer Déc 19, 2007 5:54 pm
Localisation: Nice

Messagepar MarcF » Lun Jan 28, 2008 1:50 pm

Carine,

Quand comptes-tu avoir une jolie couverture? Ce serait super pour publier dans les blogs et sur Babelio :-)

Marc
Avatar de l’utilisateur
MarcF
 
Messages: 13
Inscription: Mer Déc 19, 2007 5:54 pm
Localisation: Nice

Messagepar Ishtar » Lun Jan 28, 2008 9:26 pm

La couverture... elle vient ! :wink:
J'ai déjà l'illustration, elle se trouve sur mon blog
http://carine-geerts.skynetblogs.be/
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar aminelicia » Mar Jan 29, 2008 10:45 pm

Je viens de terminer la lecture de livre de Carine Geerts. L'histoire de
Mondélé ( il s'agit en fait du narrateur Willy Thijs, un homme "blanc" ) est émouvante et passionnante. Dès le départ, le décor est planté. De plus, l'emploi du présent, de phrases courtes et d'un style simple et direct confèrent au récit un souffle particulier. De quoi s'agit-il?
Willy est envoyé en mission, du Royaume de Belgique vers le Congo pour aider des populations indigènes complètement démunies devant les maladies terribles comme la malaria ou d'autres épidémies qui causent des ravages au sein des tribus congolaises. Depuis son débarquement à Matadi jusqu'au coeur de la brousse, le lecteur peut ainsi suivre pas à pas l'itinéraire de notre héros confronté à de nombreuses difficultés. En effet, la vie dans un pays rempli de forêts et d'animaux dangereux n'est pas aisée. Surtout quand la chaleur et les pluies tropicales fréquentes au Congo rendent l'atmosphère étouffante. Malgré cela, Willy accomplira sa mission et se rendra même chez les pygmées Babingas, réputés sauvages et inaccessibles à la civilisation occidentale. Au milieu d'une nature sauvage et en même temps attirante, dans un monde de beauté et de cruauté, il saura s'attirer l'amitié des pygmées Babingas et même l'amour de Aimée Bizi Bazouma, la fille du chef Joseph Banza Mukalay. Elle saura l'initier au rite de ses ancêtres, à l'Esprit d'Edjengui et aux mystères de l'Au-dela. Il s'ensuivra une passion dévorante entre les deux jeunes gens. Un Amour irrésistible les amènera à goûter aux plaisirs mystiques et plein de sensualité, d'une liaison que rien ne paraissait en mesure de briser.
Malheureusement, les préjugés raciaux (comment une noire pourrait-elle aimer un blanc?) et l'intrusion du Père KLOOS conduira au drame. L'épilogue est poignant et bouleversant. Aimée sera tuée par des policiers belges du district de Matadi, lors de leur intervention brutale contre les pygmées. Willy sera emprisonné et méprisé par ses "compatriotes" à cause de son amour pour Aimée. Jugé par une justice expéditive, il sera expulsé vers la Belgique. Avec au coeur un chagrin immense et un désespoir que rien ne saura atténuer.
En tout cas, c'est une très belle histoire qui nous montre aussi l'envers du décor des civilisations dites évoluées, avec leur racisme ouvert, leur mépris des "indigènes", et leur ignorance des coutumes et traditions solidement ancrées au sein des diverses sociétés africaines.
Même si les personnages sont fictifs comme le précise l'auteure, on sent tout le long de la narration que le Congo, lui, est bien réel. Ce qui ne lui enlève en rien de sa beauté, grâce au talent de l'écrivain.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar becdanlo » Mar Jan 29, 2008 10:55 pm

J'ai commencé à lire Mundélé (les deux premiers chapitres).

Je trouve que l'Avant Propos est bien venu et introduit bien l'histoire qui va suivre

Il faut reconnaître que l'arrivée de l'agent territorial Willy est assez impressionnante. Mais qu'elle idée désinstaller un fonctionnaire dans un endroit aussi perdu? En plus, son prédécesseur ne l'a même pas attendu pour le mettre au courant... était-ce une pratique courante à cette époque?

A propos à qu'elle époque sommes nous? Années 60... ou avant?

:wink:

Pris de vitesse aminelicia a déjà fini :lol:
Dernière édition par becdanlo le Mer Jan 30, 2008 12:16 am, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6911
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar aminelicia » Mar Jan 29, 2008 11:02 pm

Cela doit être certainement les années 60, la période où le Congo était encore sous domination belge, avant l'épisode de Patrice Lumumba et de la sécession du Katanga.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar MarcF » Mer Jan 30, 2008 1:42 pm

J'ai lu les 2 premiers chapitres et j'aime beaucoup pour l'instant.

Quelques commentaires que je me permet car c'est un "work in progress". N'y vois pas de critiques, Carine, au contraire. Pas de commentaires sur le fond pour l'instant. :lol:

1- l'avant-propos parle de mon histoire, mais le reste parle de Willy par son prenom et pas "je". Je l'ai vu comme une legere incoherence.
2- une autre incoherence a mon avis. Willy doit arriver a pied au village car la route est impratricable en voitre (p17) mais p22, il a une chevrolet et il peut aller en ville avec a partir du village
3- les notes renvoient au lexique a la fin du livre et cela oblige a naviguer a chaque fois. Des notes en bas de page auraient facilite la lecture.

Voila c'est tout, je vais continuer ma lecture

Marc
Avatar de l’utilisateur
MarcF
 
Messages: 13
Inscription: Mer Déc 19, 2007 5:54 pm
Localisation: Nice

Messagepar Ishtar » Mer Jan 30, 2008 3:32 pm

Je tiens particulièrement à vous remercier pour votre commentaire Yacine... celui-ci me touche particulièrement. Encore un tout grand merci à vous.

aminelicia a écrit :
Citation:
c'est une très belle histoire qui nous montre aussi l'envers du décor des civilisations dites évoluées, avec leur racisme ouvert, leur mépris des "indigènes", et leur ignorance des coutumes et traditions solidement ancrées au sein des diverses sociétés africaines

Je voulais écrire un livre sur l'oeuvre, les bienfaits mais aussi les méfaits de la colonie belge au Congo.
J'ai toujours aimé la polémique car je ne suis pas une détractrice de principe et je pense que nous avons des leçons à tirer de la présence belge au Congo.
Personnellement, je refuse de croire que l'oeuvre coloniale n'aura eu qu'un impact négatif pour le Congo et ses habitants.
J'ose avouer que lorsque certains belges ont découvert que le Congo était un pays producteur de richesses, l'intérêt n'a fait que croître et pas seulement pour le bien du Congo et des congolais mais pourtant... pour la majorité des coloniaux, le profit n'a pas été l'unique moteur de la colonisation.
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar Ishtar » Mer Jan 30, 2008 3:47 pm

becdanlo a écrit :
Citation:
A propos à qu'elle époque sommes nous? Années 60... ou avant?

L'histoire se passe avant l'indépendance de 1960

becdanlo a écrit :
Citation:
quelle idée d'installer un fonctionnaire dans un endroit aussi perdu? En plus, son prédécesseur ne l'a même pas attendu pour le mettre au courant... était-ce une pratique courante à cette époque?

Non, ce n'était pas une pratique courante mais le Congo est un pays immense (3.345.000 km2 - 500 ethnies - 4 langues principales) et il fallait couvrir toute sa superficie.
Pour cela, la Belgique avait organisé l'administration du pays de cette manière :
Le Congo Belge était divisé en 6 provinces :
- Province de Léopoldville - Léopoldville
District du Moyen-Congo - Léopoldville
District du Bas-Congo - Matadi
District du Lac Léopold II - Inongo
District du Kwango - Kikwit
- Province de l'Équateur - Coquilhatville
District du Congo-Ubangi - Lisala
District de l'Équateur - Coquilhatville
District de Tshuapa - Boende
- Province Orientale - Stanleyville
District de Stanleyville - Stanleyville
District du Bas-Uele - Buta
District du Haut-Uele - Paulis
District de l'Ituri - Bunia
- Province du Kivu - Bukavu
District du Kivu Nord - Goma
District du Kivu Sud - Bukavu
District du Maniéma - Kindu
- Province du Katanga - Élisabethville
District du Haut Katanga - Élisabethville
District du Lualaba - Jadotville
District du Haut Lomami - Kamina
District du Tanganika - Albertville
- Province du Kasaï - Luluabourg
District du Kasaï - Luebo
District du Sankuru - Lusambo
District de Kabinda - Kabinda

L'histoire de "Mundélé" se passe dans le District du Bas-Congo, dont le chef-lieu est Matadi dans la Province de Léopoldville.
Willy Thijs est l'Agent Territorial, responsable du District du Bas-Congo. Son supérieur est le "Gouverneur de la Province de Léopoldville.
Les Agents Territoriaux s'occupaient des Districts et les Gouverneurs géraient les Provinces... ceux-ci étaient directement en contact avec la Belgique.
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar Ishtar » Mer Jan 30, 2008 4:03 pm

MarcF a écrit :
Citation:
l'avant-propos parle de mon histoire, mais le reste parle de Willy par son prenom et pas "je". Je l'ai vu comme une legere incoherence.

C'est exact Marc. J'avais dans un 1er jet, tenté de mettre tout le texte à la 1ère pers. mais cela ne donnait pas bien.
Cela "cloche" vraiment ?

MarcF a écrit :
Citation:
une autre incoherence a mon avis. Willy doit arriver a pied au village car la route est impratricable en voitre (p17) mais p22, il a une chevrolet et il peut aller en ville avec a partir du village.

Willy Thijs arrive de Matadi en voiture (taxi) mais il possède à Mbanza-Ngungu un pick-up Chevrolet. C'est une sorte de jeep avec un bac à l'arrière pour transporter du matériel.

MarcF a écrit :
Citation:
les notes renvoient au lexique a la fin du livre et cela oblige a naviguer a chaque fois. Des notes en bas de page auraient facilite la lecture.

J'ai été incapable de reporter les différents points que j'ai relevé en bas de chaque page Marc. J'ignore comment il faut faire cela.
Pour la version "papier", cela sera nettement plus facile, qu'en naviguant sur le net.

Je suis touchée de l'impertinence de tes questions Marc; une vision extérieure est toujours utile et nécessaire. Merci à toi. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar MarcF » Mer Jan 30, 2008 4:31 pm

Carine,

Merci pour tes réponses.

Pour le premier point, non, ce n'est pas vraiment grave. L'avant-propos va bien a la première personne et ton style est plus narratif qu'intimiste et c'est vrai que la première personne irait moins bien.

Sur le deuxième point, je ne comprends toujours pas pourquoi un taxi ne peut pas arriver au village et pourquoi le pick-up passe, mais ce n'est pas bien grave.

Sur le troisième point, qu'utilises-tu comme traitement de texte? word. Si oui, c'est dans le menu insérer/ référence/ footnote (dans ma version anglaise, c'est la première ligne sous référence).

Amitiés,

Marc

PS: je progresse, j'en suis a la page 100!!! Super boulot, j'aime beaucoup pour l'instant
Avatar de l’utilisateur
MarcF
 
Messages: 13
Inscription: Mer Déc 19, 2007 5:54 pm
Localisation: Nice

Messagepar MarcF » Mer Jan 30, 2008 4:51 pm

Carine,

Je viens de finir Mundele. Je ferais plus tard une jolie critique, mais j'ai dévoré les 50 dernières pages. Whaou!! Super récit, je trouve ce roman meilleur et plus abouti que le premier. Je me suis régalé.

Encore Bravo,

Marc
Avatar de l’utilisateur
MarcF
 
Messages: 13
Inscription: Mer Déc 19, 2007 5:54 pm
Localisation: Nice

Messagepar Ishtar » Mer Jan 30, 2008 5:49 pm

MarcF a écrit :
Citation:
Sur le deuxième point, je ne comprends toujours pas pourquoi un taxi ne peut pas arriver au village et pourquoi le pick-up passe

Tu as été au Vietnam Marc. Tu sais comme les orages peuvent être violents là-bas. Au Congo, c'est la même chose.
Il n'y a pas d'asphalte sur les pistes.
Les pistes en brousse sont fortement abimées par les orages, elles sont truffées de trous... au point qu'il est parfois nécessaire de les sonder tellement ils sont profonds. Avec une jeep, c'est parfois limite pour passer alors imagine avec une voiture.

MarcF a écrit :
Citation:
j'ai dévoré les 50 dernières pages. Whaou!! Super récit, je trouve ce roman meilleur et plus abouti que le premier. Je me suis régalé.

J'ai eu tendance à vouloir faire vivre une histoire à l'eau de rose à Willy et Aimée, du style "ils furent heureux et" mais... je sais que tu n'avais pas trop apprécié cela pour Ishtar Terra (je me suis souvenue de ton commentaire mais aussi de ceux d'autres personnes qui ont lu mon premier ouvrage) alors j'ai tenté une fin plus dramatique pour mes héros mais aussi voulu dire l'indicible de certaines pratiques coloniales avec les congolais.

Si ce roman est plus abouti que le premier, c'est que je me suis sentie plus à l'aise avec le sujet.
J'aime l'Afrique, j'y ai passé mon enfance mais aussi une partie de mon adolescence et j'en ai toujours la nostalgie; je suppose que cela passe dans mon écriture.
Merci pour tout Marc :oops:
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Suivante

Retourner vers Work in progress

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron