l'objet dans ce papier marron...

Exercices et trésors d'imagination sur consigne

l'objet dans ce papier marron...

Messagepar voyelle » Dim Fév 10, 2008 10:20 am

A mon tour, je vous propose un petit jeu d'écriture :

Imaginez :
Vous êtes seul (e) dans votre grenier (ou dans votre cave) lieu que vous avez quitté depuis fort longtemps. Dans la pénombre, on peut voir une armoire à demi ouverte. Des cartons recouverts de poussière jonchent le sol. Il n'est pas très aisé de marcher. Soudain, votre pied bute contre quelque chose. Vous vous baissez, vous le ramassez.
Cet un objet enveloppé d'un épais papier marron, machinalement vous le secouez doucement sans trop savoir pourquoi, et, vous pouvez entendre un petit bruit qui y résonne...

Qu'est-ce donc ?
Racontez quel est cet objet là, qu'est-ce qu'il évoque pour vous...
Laissez fleurir vos émotions,

(Et petit conseil, évitez de lire les autres textes avant de donner naissance au votre afin d'être le moins possible influencé. Rendez-vous mardi 12/02/08 en soirée pour la suite....)
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Ishtar » Dim Fév 10, 2008 12:42 pm

Excellente initiative voyelle, j'apprécie beaucoup l'idée :wink:

Je pousse la porte du grenier. La pièce est sombre mais j'aime cela parce qu'elle ressemble à mes secrets.
J'aime y retrouver des petits objets que je trimbale avec moi depuis des années et dont l'histoire s'est fondue avec la mienne. Ils appartiennent à mon décor et je ne les vois plus tout à fait comme ils sont. Ils sont tout simplement une partie de moi.
Soudain, mon pied heurte un paquet. Je le ramasse. Il est enveloppé d'un épais papier marron.
Machinalement, je le secoue doucement et j'entends un petit bruit qui résonne
.
Curieuse, j'arrache le papier Kraft et, j'y trouve un curieux petit bateau dont le bois est piqueté de galeries minuscules qu'on fait les vers. J'en regarde les reliefs comme on regarde un visage que l'on n'a plus vu depuis des années.
Je me souviens avec émotion de P...
P..., c'était mon grand copain, que j'aimais de toutes les forces de mes seize ans.
Après trois années d'amitié constituée d'émotions, de caresses, de beaucoup de tendresse... involontairement refoulées puis délibérément volées; P... est parti, sans que je me sois donnée. Ce petit bateau de bois était son cadeau d'adieu. Je le regarde et je lui parle en silence. Je le considère avec émotion, comme le témoin des battements passionnés et fous de mon coeur.
Je suis triste. P... me manque. J'aimerai me retrouver dans ses bras et qu'il m'insuffle, une fois encore, le courage et l'envie de croire en l'Amour total aussi bien physique que mental.
P... où es-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar Romane » Dim Fév 10, 2008 5:06 pm

Ils sortaient, ou plus exactement ils débordaient, ruisselaient, jaillissaient, se répandaient d’entre mes doigts, recouvraient le sol et remontaient le long des murs jusqu’au toit et bien au-delà ; ils envahissaient mes oreilles, exorbitaient mes yeux en me laissant muette, otage de leur essence.

Les mots.

C’était la plainte à demi-étouffée de la femme crève-faim ventre-pas assez, pendant que l’enfant poussait ses entrailles pour y grossir impunément. La désertion de l’épaule d’homme parce qu’il n’était pas digne, parce que, fugitif, il se faufilait entre les barreaux pour y entrer, pour en sortir, pour d’autres barreaux, désertait le sol ferme sous ses pieds, refoulait la femme et l’enfant. Un cri enfin. Là.
Il n’en finissait plus, ce cri de mère, engorgé, trop sacrifié, trop apeuré. Trop.
C’était le tressaillement des mots non achevés issus d’un temps qui, s’il n’avait pas existé, ferait qu’aujourd’hui ne serait pas.
D’un vieux grenier au-dessus d’une vieille maison, dans une malle lourde du poids des années superposées en couches de poussière, dans un vieux papier torchon, papier journal, papier informe, l’objet n’avait pas d’autre message que celui des cris qu’il portait…

Alors…

J’ai confié au vieux papier torchon, papier journal, papier informe, tous mes mots d’amour à destination perdue. J’ai replié le tout, soigneusement, et l’ai posé au fond de la malle, dans le vieux grenier au-dessus de la vieille maison. Vidée. J’ai levé les yeux vers la poutre encordée.

Prête.
Dernière édition par Romane le Dim Fév 10, 2008 5:58 pm, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Romane
 
Messages: 931
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm
Localisation: Kilomètre zéro

Messagepar Ishtar » Dim Fév 10, 2008 5:46 pm

Ah Romane ! Je suis littéralement impressionnée par ce merveilleux flot de mots
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Transistor

Messagepar Diego Ortiz » Dim Fév 10, 2008 6:08 pm

Ca a dû allumer quelque chose à l'intérieur, de le secouer. Cela grésille maintenant. Le papier sent la vanille et la moisissure et avec autant de ficelle tout autour, impossible de l'ouvrir. Et pourquoi le faire, d'ailleurs ?

Cela ne fait même plus mal aux fesses, maintenant. Insensibles à force d'immobilité. Je suis là depuis des heures. Pas besoin de Novocaïne. C'est l'après-midi. Elle avance. On a dû me chercher pour le déjeuner mais on s'est habitué maintenant à mes disparitions subites. Pas un bruit. Sauf dans le paquet marron, là. Enfant je disparaissais ici et regardais, par la lucarne, très haut, passer le ciel et les nuages. Idem.

Il y a un type qui parle là-dedans, et aussi une femme à la voix sucrée. Mal à l'aise, je me sens un peu espion, voyeur, tandis que j'approche mon oreille. Ce qui paraissait un grésillement informe est une conversation. Un drôle de dialogue. Cela me semble une salade de mots tout d'abord, mais comme pour le grésillement, l'oreille s'affinant, je parviens à tout comprendre.

Ils ont l'air de bien s'entendre. Parlent de ce dont personne ne parle. Cela me rappelle quelque chose. Un jour j'étais en partance pour l'Affrique et j'avais décidé de ne pas jeter quelque chose, de le garder pour plus tard, quelque chose qui m'était précieux. La seule chose qu'il me coûtait de laisser en Europe. Je voulais partir pour jamais. J'avais dit : un jour quelqu'un découvrira ce paquet et écoutera le trésor qu'il renferme. Il ne m'appartient plus.

Ce quelqu'un ne doit pas être moi. Je remets soigneusement la chose en place. En 2028, peut-être ? Un jour cela sera mûr, un jour où je serai mort. Pas d'importance.
Avatar de l’utilisateur
Diego Ortiz
 
Messages: 419
Inscription: Mar Déc 25, 2007 6:23 am
Localisation: Genève

Messagepar Romane » Dim Fév 10, 2008 7:00 pm

J'aimerais le trouver de ton vivant, et le déchiffrer, Diego.

Merci Ishtar, pour ton p'tit mot.
Avatar de l’utilisateur
Romane
 
Messages: 931
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm
Localisation: Kilomètre zéro

Re: l'objet dans ce papier marron...

Messagepar voyelle » Dim Fév 10, 2008 8:37 pm

A mon tour, je vous propose un petit jeu d'écriture :

Imaginez :
Vous êtes seul (e) dans votre grenier (ou dans votre cave) lieu que vous avez quitté depuis fort longtemps. Dans la pénombre, on peut voir une armoire à demi ouverte. Des cartons recouverts de poussière jonchent le sol. Il n'est pas très aisé de marcher. Soudain, votre pied bute contre quelque chose. Vous vous baissez, vous le ramassez.
Cet un objet enveloppé d'un épais papier marron, machinalement vous le secouez doucement sans trop savoir pourquoi, et, vous pouvez entendre un petit bruit qui y résonne...

Qu'est-ce donc ?
Racontez quel est cet objet là, qu'est-ce qu'il évoque pour vous...
Laissez fleurir vos émotions,
ATTENTION : Pour l'instant vous ne pouvez pas encore ouvrir ce
papier marron ! Son contenu vous le découvrirer mardi.
Veuillez m'excuser chers écrivains, écrivaines de ne pas avoir suffisamment préciser.

(Et petit conseil, évitez de lire les autres textes avant de donner naissance au votre afin d'être le moins possible influencé. Rendez-vous mardi 12/02/08 en soirée pour la suite....
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Mardi tout sera révélé !

Messagepar Diego Ortiz » Dim Fév 10, 2008 8:46 pm

Mardi déjà ? Mais il faut que je m'organise ! J'étais parti pour 2028 ! Ah, la vilaine farce que vous nous faites ! Et savez-vous seulement si le monde durera jusqu'à mardi ? Si nous pourrons remonter le temps jusque-là ? Ah, vous nous en faites de belles, et nous en donnez, de la peine !
Avatar de l’utilisateur
Diego Ortiz
 
Messages: 419
Inscription: Mar Déc 25, 2007 6:23 am
Localisation: Genève

Messagepar Romane » Dim Fév 10, 2008 8:49 pm

Mardi ? Je serai au bout de la corde. Tant pis...
Avatar de l’utilisateur
Romane
 
Messages: 931
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm
Localisation: Kilomètre zéro

Messagepar voyelle » Dim Fév 10, 2008 9:00 pm

Quelle plaisir ces petites bulles d'oxygènes, merci à vous deux,
:)

et Romane, avant de vous prendre, venez chez moi, moi, aussi, je sais remplir des marmittes de belles saveurs...
Après quoi, vous utiliserez plutôt votre corde pour pêcher comme font les enfants qui rêvent...
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Romane » Dim Fév 10, 2008 9:05 pm

Dans le creux d'un papier kraft mal déchiré à pleines mains, je poserai les mots de Diego et leur auteur, puis je refermerai ce petit chiffon-papier et le conserverai dans ma main, avant de prendre le train de Letelier, non point pour le purgatoire, mais pour une soupière fumante quelque part dans le monde. Il nous manquait une voyelle, la voici donc.

Pour la corde, je la laisserai dans les coulisses du th....é....â....tre..... chhhhhut le mot est interdit.
Avatar de l’utilisateur
Romane
 
Messages: 931
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm
Localisation: Kilomètre zéro

Messagepar Ishtar » Dim Fév 10, 2008 9:07 pm

Heu ! J'oublie le bateau de bois de mon grand copain P... , vous m'en voyez attristée Voyelle :cry:
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Ishtar...

Messagepar voyelle » Dim Fév 10, 2008 9:17 pm

et, oui, j'aurais du insister un peu plus, c'est une erreur de précision.

Mais, dans chaque erreur, il y a du bon, puisque cela permet un chemin inattendu. Et ce texte est plein de tendresse....

Et puis, il suffit d'imaginer, que vous aviez imaginé ce bateau Ishtar.
Tout simplement. :)
Amicalement
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Ishtar » Lun Fév 11, 2008 10:05 am

OK... je retravaille le texte :wink:

Je trimbale depuis des années, des petits objets dont l'histoire s'est fondue avec la mienne. J'ai des histoires avec chacun d'eux : leur origine, la personne qui m'en a fait cadeau, mes rapports avec ladite personne et l'humeur du moment.. déterminent la place que je leur donne dans ma vie.
Quelquefois, je me fâche avec eux. Je m'en sépare et les rangent au grenier. C'est leur punition et je leur murmure : "c'est bien fait".
Lorsque je redeviens indulgente, je vais les rechercher au grenier.
La pièce est sombre mais j'aime cela parce qu'elle ressemble à mes secrets.
Mon pied heurte un paquet. Je le ramasse. Il est enveloppé d'un épais papier marron.
Machinalement, je le secoue doucement, j'entends un petit bruit qui résonne, je palpe le papier et doucement en moi, des souvenirs affluent...
Je me souviens d’un visage que je n’ai plus vu depuis des années. C’est celui de P…
P…, c'était mon grand copain, que j'aimais de toutes les forces de mes seize ans.
Après trois années d'amitié constituée d'émotions, de caresses, de beaucoup de tendresse... involontairement refoulées puis délibérément volées; P... est parti, sans que je me sois donnée.
Il m’avait offert un petit bateau de bois comme cadeau d’adieu. Je me rappelle l’avoir enfermé dans une boîte à chaussures et emballé dans un papier marron.
Je considère avec émotion le paquet que je tiens dans les mains. P… me manque. J'aimerai tant me retrouver dans ses bras mais je sais que ce temps là ne reviendra plus.
P… est parti… définitivement.
J’hésite. Je ne sais si je vais ouvrir le paquet…
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3775
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar aminelicia » Lun Fév 11, 2008 2:14 pm

Je n'ai pas d'idée là-dessus ou plutôt, beaucoup d'idées qui se bousculent, étant donné que je n'ai ni cave ni grenier. Je ne sais pas pourquoi mais c'est un poème de Guillaume Apollinaire que me suggère ce nouveau exercice. Le procédé de la "découverte surprise" pour composer l'image complète du souvenir y est pratiqué. C'est surtout la belle envolée "lyrique" de Carine qui me le rappelle:
"Il y a un vaisseau qui a emporté ma bien-aimée
Il y a que je languis après une lettre qui tarde
Il y a dans mon porte cartes plusieurs photos de mon amour
Il y a le vaguemestre qui arrive au trot par le chemin de l'arbre isolé
Il y a dressé comme un lys le buste de mon amour
Il y a le gulf stream qui est si tiède et si bienfaisant
Il y a des figues de barbarie sur ces cactus en Algérie
Il y a les longues mains souples de mon amour...

Qui se cache derrière tout cela?
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Suivante

Retourner vers Défis

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron