La vieille femme

Exercices et trésors d'imagination sur consigne

La vieille femme

Messagepar voyelle » Mer Mar 19, 2008 12:51 pm

"Ce matin, en voiture, j'ai croisé sur la route, une vieille femme en blouse bleue, qui, sortant de sa maison, tirait péniblement une grosse poubelle."

Consigne première :
En commençant ainsi votre texte, poursuivez le.
Deuxième consigne :
Durant votre récit, évoquez au moins par deux fois cette blouse bleue que porte cette personne.
Troisième consigne :
Cette célèbre phrase de M.Proust sera introduite dans votre texte :
"... de même ceux qui produisent des oeuvres géniales ne sont pas ceux qui vivent dans le milieu le plus délicat, qui ont la conversation la plus brillante...

Voilà, j'ai fini, lisez bien, n'oubliez rien.
Vous êtes capables ! C'est parti !!!
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Philipum » Mer Mar 19, 2008 1:32 pm

Ce matin, en voiture, j'ai croisé sur la route, une vieille femme en blouse bleue, qui, sortant de sa maison, tirait péniblement une grosse poubelle. J'avais fait un écart et j'étais sur le point de passer mon chemin, lorsque j'entendis, distinctement, une voix grave et étouffée, une voix d'homme.

-Au secours !

Je stoppai ma voiture et tendis l'oreille.

-À l'aide !

Pas de doute, cette voix provenait bien de la poubelle. La viellie femme continuait à la traîner, tout en vociférant :

-Qu'est-ce que tu es lourd ! Et ne peux-tu pas te taire, oui ? C'est quand même pas croyable, grml grml... grml...

Elle continuait à marmonner dans sa barbe, tandis que l'homme de la poubelle s'était tu. Le couvercle se souleva à demi, laissant se profiler un gros nez bleu. Oui, le nez était bleu, du même bleu que la blouse de la vieille femme !

-Paulette, s'il te plaît, j'ai le mal de mer...

-Non ! Toi tu restes là-dedans, cria-t-elle.

Elle souleva son bras très haut au-dessus de sa tête, faisant sauter un bouton de sa blouse bleue, et donna un grand coup sur le couvercle, qui se referma bruyamment avec un "Aïe" étranglé. Je me décidai enfin à intervenir :

-Excusez-moi madame, mais... qui est dans la poubelle ?

-C'est mon imbécile de mari, bien sûr. Il était temps que je m'en débarasse. Vous vous rendez compte, il s'est mis à tout peindre en bleu ! En bleu, oui, en bleu, parmi toutes les couleurs qu'il avait à disposition, il fallait qu'il choisisse le bleu... alors qu'il sait parfaitement que grml grml... grml...

-(de la poubelle) Je te promets que je vais arrêter... j'ai même pensé au rouge... le rouge, ce serait pas mal, non ?

-Oh, tais-toi, c'est trop tard ! (et Bing ! encore un coup sur la poubelle) En plus, tu sais foutre bien que j'ai aussi une blouse rouge ! C'est quand même pas possible de me faire tourner en bourrique comme cela.... grml, grml... et ca se dit artiste... le grand Anselme Grapie, qu'ils disent tous... on voit bien qu'ils vivent pas avec, parce que j'vous jure, faut se le farcir, l'Anselme...

Anselme Grapie ? Se pouvait-il que l'homme de la poubelle soit le célèbre peintre, dont les toiles, réputées pour la richesse de leurs thèmes ainsi que leur subtilité dans le choix des couleurs, ornent les murs des plus grands spécialistes en art de XXIeme siècle ? Comme quoi, entre l'art et la folie, il n'y a qu'un demi-ton ; de même ceux qui produisent des oeuvres géniales ne sont pas ceux qui vivent dans le milieu le plus délicat, qui ont la conversation la plus brillante...
Avatar de l’utilisateur
Philipum
 
Messages: 1584
Inscription: Jeu Nov 22, 2007 9:50 pm

Messagepar voyelle » Mer Mar 19, 2008 5:54 pm

Super Phil Pum ! Ton texte est amusant, j'ai bien reconnu ton style-fraicheur ! J'aime bien cette idée de cette voix que l'on entend, ce qui propose un regard distancié au texte, je trouve. Merci à toi ! :)

Qui d'autre ???
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Ishtar » Mer Mar 19, 2008 10:41 pm

Ce matin, en voiture, j'ai croisé sur la route, une vieille femme en blouse bleue, qui, sortant de sa maison, tirait péniblement une grosse poubelle... quand soudain l'orage éclata et les gouttes tombèrent si larges, si drues qu'en quelques minutes la pauvre vieille en est aveuglée.
A la brusque lueur d'un éclair, j'aperçois sa blouse bleue toute trempée mais aussi ses yeux dilatés par la peur.
Je descends de ma voiture et m'approchant d'elle, je l'entends bégayer :
- Oh Monsieur ! Je vous en prie, conduisez-moi au Louvres.
C’est au Louvres que je vais.
Je hausse les épaules :
- Me prenez-vous pour un sot ? Au Louvres. A cette heure, par un temps pareil, avec cette blouse bleue trempée et traînant cette poubelle derrière vous.
- Je vous en prie Monsieur, conduisez-moi au Louvres.
Je m’emportais :
- Pourquoi ces manières ?
Entre ses paupières demi closes, la vieille m’étudiait à son tour. Elle enlève le couvercle de la poubelle et je peux voir à l’intérieur de celle-ci, un tas de dessins. Il s’agissait des œuvres complètes de Picasso, le grand peintre priapique.
Je restais sans voix devant les dessins diaboliquement habiles de ce grand peintre et demandait à l’étrange vieille femme :
- Comment ses œuvres sont-elles en votre possession ?
Elle éclata de rire et dit avec amertume :
- Celui qui produit des œuvres géniales n’est pas celui qui vit dans le milieu le plus délicat.
- Ben oui ! lui répondis-je. L’on ne peut pas dire que Picasso a fait dans la délicatesse en peignant des œuvres au plus près du corps et de la sexualité.
- Vous savez, me dit-elle. J’ai été l’égérie de Picasso et je peux vous certifier que sa conversation n’était pas des plus brillante. Il aimait me peindre en éructant des onomatopées et des borborygmes.
- Vous, l’égérie de Picasso ! m’écriais-je en regardant plus soigneusement la vieille femme à la blouse bleue se trouvant devant moi et tentant d’apercevoir en elle, la fameuse Princesse-Vulve, chère à Picasso.
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3773
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar voyelle » Mer Mar 19, 2008 11:06 pm

Que d'idées ! Que d'idées ! Quel plaisir de découvrir ces textes! Miam, je me régale, elles coulent bien vos lignes Is, merci !!! J'aime cette idée de la vieille femme sous la pluie et je la voyais bien moi, cette vieille dégoulinante de pluie.
Picasso, certaines oeuvres me touchent beaucoup... Merci de ce clin d'oeil,
(iLe film de Clauzot :" le mystère Picasso" permet de le comprendre un peu, un petit peu.)


Allez, plus tard, nous débattrons si vous êtes ok, un peu plus sur ces petites perles.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar voyelle » Mer Mar 19, 2008 11:47 pm

Je reviens deux secondes pour appeler :

Aminelicia ! Aminelicia ! Hé Ho ! Il y a longtemps que l'on ne vous a pas entendu !!! Hé ho !! Bonté! Je ne cris pas assez fort, il faudrait que je travaille ma voix ! AMINELICIA ! ouf! j'y suis arrivée ! Bon, là, s'il n'a pas entendu, :o je lui ferais des signaux de fumée personnalisés. Por de bon. Holà ! j'en perd mes lettres moi ! j'ai perdu un "u". C'est pas grave, je le garde, c'est toujours utile un "u". Quoique que...le "e", je préfère. Bon, j'espère qu'il a entendu, je vais tout de même en pousser encore une de gueulante : AMINELICIA !
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Ishtar » Jeu Mar 20, 2008 7:49 am

Je me joins à vous Voyelle; il y a bien longtemps que l'on ne le voit plus sur l'Huître... Yacine que devenez-vous ? Où êtes-vous ?

@ Voyelle
Concernant Picasso; je ne sais jamais dans quel sens regarder ses toîles :wink:
Avez-vous vu son exposition "Picasso érotique" en 2001 à Paris ?
Je ne l'ai pas vu mais j'ai le catalogue de cette exposition. Etonnant !
"Un réalisme abrupt avec un pullulement de corps et de sexes, postures et positions combinant la réalité et l'imaginaire".
Dans la préface, il se dit être un grand habitué des "bordels" de Barcelone....
Bref, tout un programme ! :wink:
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3773
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar aminelicia » Jeu Mar 20, 2008 10:38 am

Hoé je suis là. Je remercie Voyelle et Carine pour leur attention. Je m'excuse de mon absence et je ne sais pas si l'histoire que je vais raconter vous plaira beaucoup. Je me suis un peu inspiré de Carine. Bon, je commence

"Ce matin, en voiture, j'ai croisé sur la route, une vieille femme en blouse bleue, qui, sortant de sa maison, tirait péniblement une grosse poubelle.
- Pourquoi diable tire-t-elle cette poubelle en plein milieu de la chaussée, me dis-je.
J'étais tellement accaparé par cette question que j'eus juste le temps de freiner à quelques centimètres de sa silhouette.
- Chauffard, me lança-t-elle sur un ton plein de reproches. Vous ne pouvez pas voir devant vous. Il ne manquerait plus que vous écrasiez mon trésor...
- Trésor, pensais-je? En quoi cette poubelle peut-elle être un trésor?
La vielle dame, après m'avoir jeté un regard furibond comme dans la chanson d'Adamo, se dirigea vers la bibliothèque municipale, située juste en face. De loin, je voyais sa blouse bleue qui s'agitait au gré du balancement engendré par sa marche
Curieux, je garais ma voiture et je me mis à la suivre jusqu'au seuil du bâtiment. Elle s'était aperçue de ma présence et m'apostropha vivement:
- Oui, j'ai un trésor dans ma poubelle. Et je vais vous le montrer.
Sur ce, elle enleva le couvercle de la poubelle, découvrant des piles de livres de grands auteurs français, anglais, américains et russes.
- Comment cette vielle dame portant une blouse bleue prolétarienne, serait en fait une amoureuse de la littérature, une aristocrate de la pensée?
Comprenant mon ahurissement, elle me dit:
- Hé oui bonhomme, l'habit ne fait pas le moine. De même, ceux qui produisent des oeuvres géniales ne sont pas ceux qui vivent dans le milieu le plus délicat, qui ont la conversation la plus brillante."
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar voyelle » Jeu Mar 20, 2008 11:04 am

Votre retour me fait plasir Aminelicia, et finalement, j'ai appelé suffisament fort, (et oui, il y a toujours et encore un décalage entre ce que l'on perçoit de nous même, et la perception des autres personnes...) En effet, je n'aurais pas besoin - du moins dans l'immédiat - de travailler ma voix. :)
Moi, je le trouve sympa votre petit texte, bien organisé aussi, je me souviens d'Adamo, c'est bien loin, c'est curieux tous ces trésors dans cette poubelle : joli paradoxe. Ah ! cette - comme vous dites - l'aristocrate de la pensée, en blouse bleue... Merci à vous, Aminelicia, et autorisez-vous un peu plus à vos mots...
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar voyelle » Jeu Mar 20, 2008 12:56 pm

Istnar

Non, is, je ne connais pas cette exposition de corps abrupts dont tu me parles.
j'imagine que les formes doivent être assez brutales ? Car je connais de lui certaines peintures d'étreinte.
Je ne suis pas sensible à tout dans ces oeuvres, je pense - à mon sens - qu'il est difficilement possible de tous apprécier tant son travail est diversifié, à moins d'être une inconditionnelle, et de fait, avoir, en quelque sorte, besoin d'un gourou. Ce n'est pas mon cas, à priori.
Il y a des oeuvres qui m'émeuvent, comme par exemple, le curieux : " Femmes sur la plage" fait en 1937.(Quatre personnages, dont une tête qui est là, au fond... ) ou "baigneuse assise au bord de mer" 1930.
Plusieurs natures mortes aussi, faites dans les années 50, "les pigeons" 1957... D'autres encore... Et encore...
Il peignait sur n'importe quel support, carton, bois, papier qui lui tombait sous la main, ignorant les heures et la fatigue,
La période uniquement cubiste, celle qu'il a produite avec son ami le peintre Braque, moment, où chacun se défiait dans une amitié sincère, je n'aime pas beaucoup ce manque de relief et les couleurs.

Mais, c' était avant tout un artiste très audacieux, non ?

Si tu peux regarder :"le mystère Picasso". C'est trés intéressant, car l'on voit ce peintre en recherche, il empile, effectivement des couches, puis d'autres qui n'ont aucun lien avec les précédentes, ainsi sous nos yeux, l'on voit la toile qui se transforme...
(Quand, nous écrivons, nous pouvons procéder ainsi, je veux dire surtout lorsqu'il s'agit d'un texte assez long).

Par contre, en tant qu'homme, je veux dire compagon de route, amant, il ne brillait pas par un altruiste ou une générosité de coeur.Il semble qu'il a extirpé de chaque femme qu'il a aimée toute l'essence dont il avait besoin pour composer ses oeuvres. Quand son amour s'effilochait, la femme autrefois aimée, progressivement se dilue de ses toiles, et puis, l'on en voit surgir une seconde, doucement, elle s'impose tandis que la précédente disparait. (L'une d'entre elle ne s'est jamais remis de ce divorce...) Il se voulait libre, libre avec un grand L, pour mieux voler sans doute...
La question se pose pour créer vraiment, faut-il donc le faire au détriment des autres ?
Brel (que j'aime beaucoup) a peu fait cas de ses gosses par exemple, et je suppose que si je creuse un peu, nombre d'artistes ont fait de même, Rousseau, des comédiens (...) certains créateurs sont dans un état "second" en période de création, alors ? Comment allier le principe du plaisir (si il y a plaisir ? car il y a aussi douleur de "l'enfantement") et celui de la réalité ? S'agit-il de cela ? Le principe du plaisir et de la réalité ? J'imagine que Diégo Ortiz doit avoir des connaissances dans ce domaine.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar aminelicia » Jeu Mar 20, 2008 1:30 pm

Voyelle, j'ai retrouvé la phrase complète de Proust:
Pour se promener dans les airs, il n'est pas nécessaire d'avoir l'automobile la plus puissante, mais une automobile qui ne continuant pas de courir à terre et coupant d'une verticale la ligne qu'elle suivait soit capable de convertir en force ascensionnelle sa vitesse horizontale. De même ceux qui produisent des oeuvres géniales ne sont pas ceux qui vivent dans le milieu le plus délicat, qui ont la conversation la plus brillante, la culture la plus étendue, mais ceux qui ont le pouvoir, cessant brusquement de vivre pour eux-mêmes de rendre leur personnalité pareille à un miroir, de telle sorte que leur vie, si médiocre d'ailleurs qu'elle pouvait être mondainement et même, dans un certain sens, intellectuellement parlant, s'y reflète, le génie consistant dans le pouvoir réfléchissant et non dans la qualité intrinsèque du spectacle reflété.

Je suppose que Picasso réfléchissait de la même façon. Sans avoir une opinion bien tranchée là-dessus, il est permis de croire que ce grand peintre de l'abstrait puisait dans ses rêves et ses projections mentales pour adopter la réalité à sa conception personnelle de la peinture. Comme quoi, les vrais artistes ne semblent exister que dans leurs oeuvres. Si on sort du contexte de leurs créations, ils nous paraissent anodins, ordinaires et sans grand intérêt. C'est-à-dire qu'à part son génie, Picasso ne peut-être qu'un être humain semblable aux autres humains.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar Ishtar » Jeu Mar 20, 2008 10:20 pm

Voyelle a écrit :
Citation:
Mais, c' était avant tout un artiste très audacieux, non ?

Hé Hé Hé ! Admettons qu'il osait beaucoup.

Aminelicia a écrit :
Citation:
C'est-à-dire qu'à part son génie, Picasso ne peut-être qu'un être humain semblable aux autres humains.

Là ! Je ne le pense pas Yacine. Picasso était une véritable "brute" dans la vie... jamais il n'a eu une parole aimable avec les femmes qui l'ont aimé. C'était un égocentrique nombriliste terriblement égoïste.
Picasso n'était pas un être humain mais un extra-terrestre.
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3773
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar voyelle » Ven Mar 21, 2008 10:18 am

Aminelicia disait :
Citation:
Voyelle, j'ai retrouvé la phrase complète de Proust:

Oui, je l'avais moi aussi Aminelicia, (vous l'avez trouvé dans Google ? ) mais je n'ai pas voulu la poser entièrement pour ce jeu d'écriture, elle me semblait effectivement un peu longue. C'est curieux d'aileurs comme ses phrases étaient presque sans fin. Sur un autre fil, il y a une discution à propos des écrivains, et notamment de Proust. Comment lire ses phrases à haute voix ? Difficilement possible, de prendre sa respiration et d'offrir une lecture fluide. Essayez ! Cela n'empêche pas la beauté de l'écriture, évidemment ! Actuellement, théâtralement, beaucoup de lectures sont mises en scène. Il s'agit de proposer au public un spectacle qui se situe entre la lecture et le théâtre. Je ne sais pas si vous connaissez cette forme ? C'est de cette manière en tout cas, que j'ai découvert Malika Mokkeden.Vous connaissez ?

Aminelicia disait aussi :
Citation:
Si on sort du contexte de leurs créations, ils nous paraissent anodins, ordinaires et sans grand intérêt. C'est-à-dire qu'à part son génie, Picasso ne peut-être qu'un être humain semblable aux autres humains.


Je ne sais pas, peut-être que dans les échanges verbaux, il pouvait être aussi passionnant ? (Je n'ai pas d'information à ce sujet.) l'artiste ne serait intéressant que dans ces créations ? Cela voudrait dire qu'il y est un clivage entre l'humain et l'artiste, j'entend par clivage : une fracture.

Par contre, ce que j'évoquais, c'était plutôt en terme de le comportement
et de relations à autrui : L'affect.

Isthar, j'aime bien les extra terrestres, s'ils ont un regard sur l'autre bien évidemment avec un petit grain de folie,et de légèreté.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar aminelicia » Ven Mar 21, 2008 10:54 am

Oui voyelle, j'ai retrouvé la phrase de Proust à travers Google. Mais cela n'empêche que je possède quelques unes de ses oeuvres comme du côté de Chez Swann, à l'ombre des jeunes filles en fleurs, à la recherche du temps perdu.
D'après lui, un livre est le produit d'un autre moi tout à fait étranger à notre moi de la vie quotidienne. J'apprécie la vitalité de son écriture autobiographique, malgré la longueur de ses phrases. D'ailleurs c'est son style particulier qui l'a rendu célèbre. Vous savez qu'au départ, personne ne voulait le publier et qu'il a dû éditer son premier livre à compte d'auteur. Son vocabulaire non linéaire mais riche en images colorées qui parlent à la mémoire (rappelez-vous l'épisode de la madeleine), est atypique et séduisant. Certains disent qu'il est confus mais je suppose que c'est ce défaut qui le rend clair et plein de qualité (paradoxe!).
Je connais Malika Mokaddem. Elle a défrayé la chronique l'année dernière car son livre Mes hommes a été censuré au cours du salon du livre à Alger (2007). J'ai vu comment elle a défié les "autorités" algériennes en leur répondant vertement. C'est une femme émancipée de caractère, née dans le Sahara, dans une région que je connais bien, à savoir Béchar-Kenadza, à la frontière avec le Maroc.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar voyelle » Ven Mar 21, 2008 12:49 pm

Oui, Aminelicia, je me souviens bien de l'épisode de la madeleine trempée dans le tilleul... C'est une très belle image où les sens sont en éveil...
J'ai appr!s depuis peu, qu'effectivement, il avait été obligé de se faire éditer à compte d'auteur.


Et ce bouquin : "Mes hommes" de Malika Mokedden, l'avez-vous lu ? En ce qui me concerne, je l'avais offert à une Amie, sans l'avoir préalablement lu, puis elle me l'a prêté. Après l'avoir découvert, palpé, senti et aimé, j'ai éprouvé quelques difficultés à lui rendre :D !!! Enfin ! Jy suis parvenue, après avoir cependant acheté plusieurs exemplaires pour les offrir et en garder un précieusement, celui-ci qui du reste n'est pas présent actuellement sur mes étagères, car je l'ai déjà prêté...

Certains livres qui sont une véritable rencontre. Un peu comme les gens que j'aime et dont j'ai besoin absolument de les présenter à d'autres personnes que j'aime aussi. "Mes hommes" de Malika Mokedden fait parti de ceux là. Un portait de femme. Il s'agit (pour moi) d'une belle rencontre.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Suivante

Retourner vers Défis

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron