La vieille femme

Exercices et trésors d'imagination sur consigne

Messagepar voyelle » Dim Mai 04, 2008 6:15 pm

Bonjour Aminelicia,

Non, je ne suis pas perdue dans l'alphabet grec, ni mélangée avec les consonnes de l'alphabet latin. Je réfléchis, tout simplement. Je suis en désaccord, en double désaccord, alors, je construis mes mots sur d'autres rivages sans oublier cependant, l'odeur de l'océan, le bleu de ces lignes, et
les compagnons de lettres.

(A ce propos, j'ai pensé à vous, car le bouquin de Malika est revenu à la maison, il devait bien avoir compris combien il me manquait...)

Bien à vous.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Ishtar » Dim Mai 04, 2008 6:23 pm

Heureuse de vous retrouver Voyelle
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3773
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar aminelicia » Dim Mai 04, 2008 6:36 pm

Bonsoir voyelle.

En fin de compte, heureux de savoir que vous n'êtes pas en conflit ni avec les voyelles, ni avec les consonnes. En tout cas, puisque vous avez retrouvé le bouquin de Malika Mokeddem, je vous conseille de le lire le plus tôt possible. Je trouve son style non académique assez original. Et le fond de l'histoire me paraît très bon, comme si l'auteure voulait à tout prix sortir de sa coquille pour mieux faire briller son écriture.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar voyelle » Mar Mai 06, 2008 3:23 pm

Mais Aminelicia, je l'ai déjà lu, souvenez-vous, je vous en avais parlé, il s'agit d'un portrait de femme, qui se battra chaque jour, chaque heure, pour gagner en liberté, luttant contre toute forme de censure, ses premiers combats, elle était toute petite, quelques années à peine, en voici modestement quelques lignes que je souhaitai poser là, comme un petit cadeau, suite à cet échange d'autrefois concernant Malika :

"Mon père, mon premier homme, c'est à toi que j'ai appris à mesurer l'amour à l'aune des blessures et des manques. A partir de quel âge le ravage des mots ? Je traque les images de la prime enfance. Des paroles ressurgissent, dessinent un passé noir et blanc. C'est très tôt. Trop tôt. Dès la sensation confuse d'avant la réflexion. Avant même que je sache m'exprimer. Quand le langage entreprend de saigner l'innocence. Des tranchants de mots, il incruste à jamais ses élancements. Après dans la vie, on fait avec ou contre.
T'adressant à ma mère, tu disais "Mes fils" quand tu parlais de mes frères, "Tes filles" lorsque la conversation nous concernait mes soeurs et moi. Tu prononçais toujours "Mes fils" avec orgueil. Tu avais une pointe d'impatience, d'ironie, de ressentiment, de colère parfois en formulant :"Tes filles". La colère c'était quand je désobéissais. C'est-à-dire souvent. Par rebellion et parce que c'était ma seule façon de t'atteindre.
J'essayais de te trouver des excuses. Les propos mortels des femmes m'en fournissaient tant. Quand l'une d'elles posait à une autre cette question obsédante : "Combien d'enfants as-tu ?" J'ai souvent entendu cette réponse par exemple : "Trois" ! Et l'interpellée de préciser après un temps d'arrêet, h'ésitation : "Trois enfants seulement et six filles. Qu'Allah éloigne le malheur de toi ! A quatre, cinq ans, je me sentais déjà agressée par les propos de mon entourage. J'interprétais déjà que les filles n'étaient jamais des enfants. Vouées au rebut dès la naissance, elle incarnaient une infirmité collective dont elles ne s'affranchissaient qu'en engendrant des fils..."

Malika Mokedden,
"Mes hommes"
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar aminelicia » Mer Mai 07, 2008 9:04 pm

Exact
Et "je regardais les mères perpétrer cette ségrégation"
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar voyelle » Lun Mai 26, 2008 10:09 pm

Pour conclure sans vraiment conclure, (car conclure c'est fermer, cadenasser, clef, fermeture éclair, coffre fort, verroux, etc..) donc pour conclure sans vraiment conclure, sachez que cette dame en blouse bleue, je l'ai réellement croisée, un matin, tirant sa poubelle. J'espère que je n'aurai pas l'audace de vérifier le contenu de sa poubelle, ayant dans ma tête vos textes, la prochaine fois que je la rencontre.

:)


Tous ces lignes je trouve, sont pleines de charme. Voilà.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar aminelicia » Lun Mai 26, 2008 10:36 pm

C'est génial! J'étais presque sûr que vous connaissiez cette femme à la blouse bleue. Mon intuition ne me trompait pas.
Comme quoi, le réel et l'irréel peuvent se côtoyer dans une sorte de quatrième dimension. Leur combinaison fait naître dans notre imagination, les situations romanesques que nous aimons tant raconter. Ou qui nous sont racontées par ceux qui savent si bien manier les idées et les pensées. L'écriture n'est-elle pas au fond, ce désir de sortir de notre coquille, de communiquer nos craintes, nos ressentiments et nos joies. Même si nous créons pour ce faire, des personnages imaginaires. Mais parfois comme on dit, la réalité dépasse la fiction.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar voyelle » Lun Mai 26, 2008 10:50 pm

Oui, Aminelicia, je l'ai croisée, cette dame, je ne la connais pas, j'étais en voiture, et j'ai noté cette situation dans ma tête. Quand je suis en période d'écriture, je prends des notes, souvent, je photographie pour ainsi dire, et puis comme j'anime des ateliers d'écriture, je reste d'une certane manière sur le qui vive...

Mais, là, c'était vraiment amusant pour moi, car je voyais ces textes se déroulaient, et je me disais : cette "pauvre" femme, si elle savait que l'on parle d'elle autant.... Et puis , c'était fort agréable, presque magique (je veux dire pour moi) car j'avais réellement vu cette dame.... Alors ? Comment dire, c'était un peu comme si les textes rejoignaient plusieurs réalités possibles...

Je pense que si je la recroise, je risque d'éclater de rire ou qui sait ?
Mon brin de folie m'amènera peut-être à lui demander pourquoi elle transporte des tableaux ???
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Ishtar » Lun Juin 02, 2008 10:50 am

Bonjour Yacine,
J'ai commencé à lire le livre de Malika Mokeddem "Mes Hommes" que vous m'avez envoyé (ce dont je vous remercie vivement).

A la lecture des premiers chapitres; je suis étonnée par le ton qu'elle utilise. Quelle amertume ! Le ton est doucereux et par moment, elle lance des piques judicieusement placées et qui sont destinées à faire mal.
Le début du livre commence sur des reproches, des invectives et des horribles souvenirs... Elle règle ses comptes d'abord avec son père, son frère avec Saïd....
Quelles souffrance et solitude on peut lire au début de l'ouvrage...
J'aime Yacine... j'apprécie beaucoup ce genre de lecture. Merci à vous...

Je continue ma lecture.... :wink:
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3773
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar voyelle » Lun Juin 02, 2008 11:49 am

Je lis de Malika : "Je dois tout à ton oubli" Elle raconte, sa relation à sa mère, ou plutôt, la non relation à sa mère. Le mal de mère, comme elle dit.
Mais, je pense, cela serait plus judicieux d'ouvrir un fil concernant Malika Mokkeden, Aminelicia ne sera pas opposé ! :!:
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar aminelicia » Lun Juin 02, 2008 12:04 pm

Bonjour Carine

Je suis heureux de savoir que le livre de Malika Mokeddem vous a plu. Vous avez senti combien l'auteure, élevée à Béchar dans un milieu patriarcale avait soif de liberté. Je dirai même qu'elle est devenue libertaire. Cela est dû aux tensions familiales auxquelles elle a été soumise au cours de sa jeunesse. Comme pour se venger, elle profite de ses séjours à la faculté de médecine d'Oran pour se "libérer" complètement et effacer tout ce qu'elle a enduré. Mais ce n'est pas le cas de la majorité des femmes algériennes.
C'est vrai qu'il y a tellement de rancoeur dans ses écrits qu'on croirait que toute la société algérienne est renfermée sur elle-même. Ce qui est loin de refléter la réalité car je vis en plein milieu. Certes, nous vivons sous un régime peu amène qui est la cause de toutes les dérives constatées, mais nous n'en sommes pas les esclaves. Loin de là. Vous savez, Carine, les gens ici sont très évolués et je ne partage pas entièrement les descriptions faites par Malika, bien que son roman soit agréable à lire.
Nous sommes loin d'être aussi "arriérés" qu'on le prétend.

En tout cas, bonne lecture.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar Ishtar » Lun Juin 02, 2008 12:39 pm

voyelle a écrit:
Mais, je pense, cela serait plus judicieux d'ouvrir un fil concernant Malika Mokkeden, Aminelicia ne sera pas opposé !

En effet Voyelle... L'on pourrait ouvrir une nouvelle rubrique "Librairie" et parler des livres qu'on a lu...

:arrow: Yacine
Ce soir, je continue à lire "Mes Hommes"....
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3773
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Précédente

Retourner vers Défis

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité

cron