La vieille femme

Exercices et trésors d'imagination sur consigne

Messagepar aminelicia » Ven Mar 21, 2008 2:08 pm

Non Voyelle, je n'ai pas encore lu le livre de Malika Mokaddem. Mais d'après les résumés que j'ai découvert sur Internet, il semble intéressant. C'est l'éternelle lutte pour l'égalité des sexes. Malika veut briser l'état d'infériorité de la femme par rapport à l'homme, surtout dans les sociétés soumises à la seule volonté du mâle et où il faut briser des tabous et des préjugés tenaces. Dans son roman, elle décrit surtout sa révolte contre un milieu étouffant où il n'est pas aisé de s'exprimer. Mes Hommes de Malika Mokeddem est une forme de rébellion contre son père omniprésent. C'est aussi une sorte de cri d'amour lancé en direction de ce même père.
===

Malika Mokeddem veut contourner cette tradition qui dit qu’une femme doit se contenter d'être une paisible mère de famille et ne pas trop se mêler des affaires qui regarderaient uniquement les hommes.

Le père, qui émerge des souvenirs de Malika Mokeddem dans le premier chapitre “La première absence”, menaçant, sévère, rude, celui qui ne lui accordera guère un regard, ni à elle ni à ses sœurs. Celui qui, s’adressant à sa femme, disait “mes fils” et “tes filles”, souhaitant ainsi se soustraire de la paternité de ses filles. Texte bouleversant et criant de vérité.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

Messagepar Léo Somba » Ven Mar 21, 2008 2:49 pm

Ce matin, en voiture, j'ai croisé sur la route, une vieille femme en blouse bleue, qui, sortant de sa maison, tirait péniblement une grosse poubelle. Je me sentis troublé : cette scène je l'avais déjà vécue. J'avais déjà vu cette femme tirant sa poubelle. Mais ce qui me semblait particulièrement familier c'était la blouse bleue, elle était comme imprimée dans ma rétine avec ce bleu inimitable... Pourtant ça me semblait impossible, je n'étais jamais passé par ici, jamais je n'avais emprunté cette route, comment aurais-je pu la croiser ? Pendant quelques kilomètres la question me tracassa, puis je cessai d'y penser : en approchant de ma destination, je me concentrai sur les questions que j'allais poser sous peu à Ernest Lapierre sur son dernier ouvrage « Les génies littéraires ».

C'est au cours de l'interview que cela me revint, au moment où je posais le regard sur un bloc notes qui traînait sur le bureau de Lapierre: le carnet. Le carnet que j'avais trouvé il y a quelques mois dans le tiroir d'une commode achetée lors d'un vide-grenier. Ce carnet, sorte de journal intime m'avait fait une vive impression. La vie de son auteur semblait ennuyeuse à mourir, pourtant j'avais été touché, cela résonnait en moi, c'était si réel... La vieille femme à la poubelle et à la blouse bleue, je l'avais vue là, décrite avec une précision diabolique en quelques lignes tracées à la va vite.

Je portais à nouveau mon attention sur mon interlocuteur que j'avais oublié pendant un instant, il continuait à pérorer : « de même, comme le dit si justement Proust, ceux qui produisent des oeuvres géniales ne sont pas ceux qui vivent dans le milieu le plus délicat, qui ont la conversation la plus brillante, la culture la plus étendue, mais ceux qui ont le pouvoir, cessant brusquement de vivre pour eux-mêmes de rendre leur personnalité pareille à un miroir, de telle sorte que leur vie, si médiocre d'ailleurs qu'elle pouvait être mondainement et même, dans un certain sens, intellectuellement parlant, s'y reflète, le génie consistant dans le pouvoir réfléchissant et non dans la qualité intrinsèque du spectacle reflété. »

C'est à la fin de cette phrase qui tombait si à propos, que je pris ma décision: j'allais retrouver l'auteur du carnet, et je deviendrai son éditeur.
Avatar de l’utilisateur
Léo Somba
 
Messages: 84
Inscription: Ven Mar 14, 2008 2:58 pm

Messagepar voyelle » Ven Mar 21, 2008 3:22 pm

Super msieu Léo, beau rythme dans votre texte, je trouve.
Et, dites-moi, quand vous retrouverez le carnet, vous aurez la bonté de nous le présenter ? Ou allez-vous directement le publier ? :)
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar voyelle » Ven Mar 21, 2008 3:53 pm

Aminelicia disait
Citation:
Non Voyelle, je n'ai pas encore lu le livre de Malika Mokaddem. Mais d'après les résumés que j'ai découvert sur Internet il semble intéressant. C'est l'éternelle lutte pour l'égalité des sexes.


Oui, il est vraiment très bien, touchant, proche de soi, proche de l'humain, c'est dommage, que je ne l'ai pas sous la main, j'aurais souhaité déposer ici quelques lignes. Pour le plaisir du partage.

Son père, néanmoins, Aminelicia, même s'il portait peu d'attention à l'existence de ses filles, lui a donné la possibilité d'étudier. C'est vrai que c'est grâce à un ami de la famille - un médecin, il me semble - qu'il a fini par se résoudre à ce qu'elle poursuive ses études. Elle a été en lutte dès son plus jeune âge : Une prise de conscience vers quatre ou cinq ans. Durant sa scolarité collège et Lycée, elle était la seule fille, il lui fallait donc une puissante volonté. Actuellement, elle est chirurgienne à Montpellier.
Quand elle eu un premier petit salaire, en tant que surveillante dans un lycée, son père lui a dit :
— Maintenant tu gagnes de l'argent comme un homme...
On peut l'interpreter comme une forme de reconnaissance qui peut néanmoins faire grincer bien des dents !

Ce livre m'a aussi beaucoup interpellé car j'avais lu précédemment :
"Mémoire d'une jeune fille rangée" de Simone de Beauvoir, autre temps, autre portait de femme aussi. J'ai fait, bien évidemment des liens.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Léo Somba » Ven Mar 21, 2008 5:12 pm

Merci voyelle pour ton appréciation et pour les informations partagées.

voyelle a écrit:
quand vous retrouverez le carnet, vous aurez la bonté de nous le présenter ? Ou allez-vous directement le publier ? :)


Je n'ai pas perdu le carnet... c'est son auteur que je recherche. Ensuite après avoir signé un contrat avec lui, qui fera, je n'en doute pas, de moi un homme riche, je placerai ici quelques extraits :wink:
Avatar de l’utilisateur
Léo Somba
 
Messages: 84
Inscription: Ven Mar 14, 2008 2:58 pm

J'y vais, mais... et les autres où sont-ils ???

Messagepar voyelle » Ven Mar 21, 2008 5:45 pm

"Ce matin, en voiture, j'ai croisé sur la route, une vieille femme en blouse bleue, qui, sortant de sa maison, tirait péniblement une poubelle".

Elle décida pour la première fois, de ne pas finir la lettre, cette lettre qu'elle attendait pourtant avec tant impatience, chaque jour, chaque semaine. Ces descriptions, ces futilités, ces inepties, lui devenaient insupportables ! Qu'en avait-elle à faire, elle, de cette histoire de blouse bleue ? De cette vieille femme qu'il avait croisée ? Dans la précédente lettre, il lui avait décrit un homme, vêtu d'un collant noir, courant sur d'interminables jambes fines de grillons, ou encore un enfant, surchargé par son cartable orange, qui avançait dans la rue tel un insecte. Non, ce n'était plus possible, la blouse bleue, l'insecte, et tout le reste. Elle attendait autre chose de lui. D'autres mots. Une larme coula, son poing l'écrasa furieusement, essayant de la faire disparaitre, de la faire entrer dans son orbite. Leur rencontre restait présente dans sa tête, trop présente, chaque seconde était revue avec délectation mais souffrance aussi. La saveur du café qu'il lui avait offert était ancrée dans ses cellules.

— Blouse bleue, blouse bleue, blouse bleue, il n'a vraiment rien d'autre à me dire ?

Sa voix résonna dans la pièce vide. Elle sursauta n'ayant pas eu conscience qu'elle parlait. Agaçée, elle poussa de sa main les cheveux qui recouvraient ses yeux, ce fût un geste de dépit, de rejet, d'impuissance. Depuis leur rencontre, la jeune femme était allée chaque jour dans une salle de musculation, ayant le projet de lui offrir un corps admirable, s'astreignant parallèlement à un régime alimentaire draconien. Elle avait investi cet homme, comme d'autres investissent une vie entière. Mais, lui, n'avait pas saisi. Centré probablement un peu trop sur lui même, il n'était pas en capacité de comprendre. De fait, il lui écrivait régulièrement des textes d'une qualité rare, mais si éloignés de ses véritables espoirs. Là, où elle attendait une lumineuse déclaration d'amour, il lui envoyait une superbe description de la rue.
De même ceux qui produisent des oeuvres géniales, ne sont pas ceux qui vivent dans le milieu le plus délicat, qui ont une conversation la plus brillante, et qui sont à l'écoute des autres.

Elle sélectionna son courriel, et le supprima, elle supprima aussi son adresse, et, décida de modifier la sienne.
Entre les volets, on pouvait apercevoir la naissance du jour, c'était l'été, le soleil commençait à mordre le bois.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar Léo Somba » Sam Mar 22, 2008 6:18 pm

Très joli texte. Bien construit.

Pauvre homme, il ne va pas comprendre pourquoi elle ne lui répond plus...
Avatar de l’utilisateur
Léo Somba
 
Messages: 84
Inscription: Ven Mar 14, 2008 2:58 pm

Messagepar voyelle » Sam Mar 22, 2008 9:37 pm

Merci.

Oui, tant pis pour lui !!! Mais il continuera à écrire et à d'écrire
et oubliera de s'écrier :
— Ciel ! qu'ai-je fait ?
:)

A +
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar voyelle » Mar Mar 25, 2008 5:33 pm

Je vais faire une brêve auto-critique, je trouve, effectivement, que l'extrait de phrase que j'ai donné à inclure et qui commençant ainsi ... de même ceux qui produisent des oeuvres géniales et bien elle se pose un peu maladroitement dans mon texte.
Elle est "comme un cheveux sur la soupe" . Elle fait pièce rajoutée. Elle n'a pas sa vraiment raison d'être.

Par contre, dans vos textes, elle coule beaucoup mieux. Voilà, voili.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar consone » Lun Mar 31, 2008 3:55 pm

Re- bonjour, comme je l'ai dit dans la présentation, me voilà dans la partie défis. J'espère avoir suivie la (les) consigne(s) à la lettre.

"Ce matin, en voiture, j'ai croisé sur la route, une vieille femme en blouse bleue, qui, sortant de sa maison, tirait péniblement une grosse poubelle."

Intriguée, je m’arrête et j’observe ce convoi.
Je m’aperçoit alors que la poubelle elle-même était bleu, et son contenu des plus surprenant.
La vieille femme avança jusqu’à un petit hangar couvert, et commença à sortir des poteries de toutes les couleurs.
Elle posa sur une étagère les 5 poteries en forme de feuilles et s’essuya les mains sur sa blouse bleu.
Ensuite elle sortie de la poubelle bleu 5 autres poterieS qui ressemblaient à des papillons. On aurait dit qu’ils allaient s’envoler.
Elle les posa sur une table, alla chercher une chaise, et entrepris de finir la décoration de ses papillons. Et la voilà qui trempe son pinceau dans le petit encrier rempli d’eau, prend un peu de peinture jaune, trace minutieusement le décor sur la poterie. Et elle renouvelle l’opération. Au moment où elle s’apprêtait à déposer le pinceau sur la poterie, il y eut un bruit de fracas derrière la vielle femme. Elle se retourna aussi sec, effrayée par le bruit. Le pinceau en profita pour laisser tomber une goûte de peinture jaune sur la blouse bleu.
Le bruit venait d’un amoncellement de boites empilée contre le mur du hangar. A sa grande surprise, la vielle femme vit sortir un chaton effrayé par le bruit qu’il venait de faire. Il se sauva par la porte restée grande ouverte.
La vieille femme repris son travail de décoration, imperturbable à ce qu’il pouvait désormais arriver.
Tout en peignant elle se mit à méditer sur les œuvres et pensa à une phrase de Proust qu’elle avait lu jadis. Cette phrase parlait de ces artistes qui brillent dans la lumière et de même ceux qui produisent des oeuvres géniales ne sont pas ceux qui vivent dans le milieu le plus délicat, qui ont la conversation la plus brillante...
Avatar de l’utilisateur
consone
 
Messages: 6
Inscription: Lun Mar 31, 2008 3:30 pm
Localisation: Paris

Messagepar voyelle » Mar Avr 01, 2008 5:51 pm

Bonjour Consone,
Bienvenue à vous j'espère que vous vous plairez dans ces lignes bleues...Je vous souhaite un joli chemin.

Sympa votre texte, et la phrase de Proust me semble mieux introduite que dans mon propre texte.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar consone » Mar Avr 01, 2008 9:00 pm

Merci Voyelle :D

Votre texte est également très sympas. J'avoue que voulant participer je me demandais après avoir lu vos textes comment participer à mon tour. L'exercice n''est pas si aisé qu'il en a l'air. Mais le principal est de participer, de communiquer avec l'autre, avec les Autres.

ha pour la phrase de Proust, en fait je l'ai "jetée" un peu au hasard :wink: Il semblerait que pour ce premier essaie, ce soit assez correct.
Avatar de l’utilisateur
consone
 
Messages: 6
Inscription: Lun Mar 31, 2008 3:30 pm
Localisation: Paris

Messagepar voyelle » Mer Avr 02, 2008 11:37 am

Citation:
L'exercice n''est pas si aisé qu'il en a l'air.

C'est vrai, mais je pense que la contrainte est un levier qui contribue à faire travailler son imaginaire. Devant la contrainte, la personne va chercher des solutions, évitant ainsi, de se diriger vers trop de facilité, évitant en quelque sorte une certaine frilosité. C'est mon avis.
Citation:
Mais le principal est de participer, de communiquer avec l'autre, avec les Autres.

Je partage votre regard...(...)

Citation:
ha pour la phrase de Proust, en fait je l'ai "jetée" un peu au hasard Il semblerait que pour ce premier essaie, ce soit assez correct.

Alors, bonne route à vous.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Re: La vieille femme

Messagepar Christian Domec » Dim Avr 27, 2008 9:07 pm

voyelle a écrit:
C'est parti !!!


Voyelle,

Ho, hé, hé, ho !

Si tu ne te signales pas ici, je te promets de répondre à ton défi : et là l'Huître aura tellement honte qu'elle se refermera.

S'il vous plaît, dessine-moi une blouse bleue.

Christian.

PS : Consone, n'en profite pas pour oublier tes vocalises.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 627
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar aminelicia » Lun Avr 28, 2008 10:31 am

A propos, où est passée voyelle?
J'espère qu'elle ne s'est pas perdue dans l'alphabet grec ou qu'elle s'est mélangée avec les consonnes de l'alphabet latin.
aminelicia
 
Messages: 222
Inscription: Dim Nov 25, 2007 11:04 am
Localisation: Algerie

PrécédenteSuivante

Retourner vers Défis

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron