Lumières Obscures: Chapitre 1

Le coin à Shoun

Lumières Obscures: Chapitre 1

Messagepar Shoun » Mer Jan 16, 2008 4:35 pm

Le titre n'est pas fixe, je vais peut-être le changer, j'aimerais bien trouver quelque chose de mieux. Voilà, le début de mon histoire, j'espère qu'il vous plaire. Je suis en train d'écrire le deuxième chapitre.
Dites-moi ce que vous en pensez s'il vous plaît !
Et j'accepte les critiques, tant que c'est justifié :wink:




Chapitre 1 : Une sombre époque


Le Soleil déclinait lentement vers l’horizon. C’était un début de soirée comme les autres. Personne ne sortira ce soir, les rues seront désertes. Seul le vent les parcourera. Lui seul ne les craignait pas. Et puis, il y aura cet homme, Adan, le poseur d’affiche, qui sera obligé de rester dehors pour travailler. Il faisait régulièrement des heures supplémentaires le soir, dans le but d’obtenir un peu plus d’argent, qui lui permettrait d’assurer deux repas par jour à lui, sa femme et son fils unique. L’homme leva les yeux au ciel, parcouru du regard la courbe que le Soleil avait effectué au long de sa journée, pour le voir soudainement disparaître.
« Encore un jour de plus qui s’achève… soupira Adan.
Il secoua la tête pour y chasser les pensées pessimistes qui commençaient à s’y installer.
- Non, je ne peux pas me plaindre, se reprit-il en se parlant à lui-même. Je suis toujours vivant. Mes journées sont monotones, certes, mais je suis toujours en vie. Et ma famille également.
Il frissona en sentant le froid l’engourdir. L’obscurité avalait lentement la ville. La Lune apparut plus nettement, sa belle couleur argentée semblait refléter dans le néant qu’était ce ciel d’automne. Le malaise s’installait de plus en plus chez Adan, qui regardait d’un œil mal assuré les ruelles sombres qui s’offraient à lui. Il n’aimait pas travailler la nuit. Il savait qu’il risquait sa vie. Mais il le fallait s’il voulait faire vivre sa famille, et cela, il le savait aussi. Il laissa donc l’air frais s’engoufrer dans ses poumons, ferma les yeux quelques instants, tentant de se rassurer.
- Ils ne m’auront pas, se persuadait-il. Je ne leur ai rien fait. Ils ne peuvent pas me tuer.
Il ouvrit prudemment les yeux. Il n’y avait personne, toutes les rues étaient totalement désertes. Les jambes tremblantes, Adan monta au sommet de son échelle et commença à poser l’affiche sur la grande pancarte de bois. Ce n’était pas un métier passionnant, mais il aimait travailler au dehors. Avec patience et précaution, il applatissait l’affiche avec la paume de ses mains, de sorte à ce qu’elle soit parfaitement lisse. Il ne devait y avoir aucun pli, sinon il serait mal payé. Après deux bonnes heures passées à plusieurs mètres du sol, en vérifiant régulièrement s’il n’y avait personne aux alentours, Adan redescendit de son échelle, et alla de l’autre côté de la grande place, pour voir si l’affiche faisait bonne impression. Il ne fut pas mécontent.
L’affiche mesurait plusieurs mètres de haut, et semblait gigantesque même vu de loin. Au premier plan, une jolie jeune fille de dix-sept ans posait, les bras croisés. Elle avait de longs cheveux blonds parfaitement lisses, et il y avait comme une lueur bienveillante qui brillait dans ses beaux yeux oranges. Elle portait une longue robe blanche qui descendait jusqu’au bas de ses chevilles, et semblait illuminer tout ce qui se trouvait autour d’elle.
Plus loin derrière elle se tenait une ombre dont on pouvait à peine distinguer les contours. C’était une femme entourée d’une buée noire, et rien qu’à la regarder, Adan était horrifié. La terreur qu’elle répandait était telle que les habitants de Spira n’osaient plus sortir de chez eux quand il faisait trop sombre. Cela parce que, paraît-il, elle ne sortait que la nuit. La Mage Noire. La Grande, la Terrible, la Puissante, la Redoutée Mage Noire.Sans doute la tueuse la plus habile que l’Histoire ait jamais connu. Personne ne savait rien d’elle. Une rumeur disait qu’elle avait de longs cheveux noirs, et yeux rouges sang à vous faire froid dans le dos. Et cette jeune fille blonde, qui semblait destinée à faire disparaître ce qui terrorisait les populations. La Mage Blanche. Sans doute l’opposé de sa pire ennemie.
Adan ne savait pas grand-chose des mages blancs et des mages noirs, simplement qu’ils avaient toujours été en conflit pour une raison inconnue. Ils s’opposaient sur pratiquement tous les domaines ; mais pour Adan, le fait que la population craignait les mages noirs, c’était surtout parce qu’ils restaient dans l’ombre. Les gens ont peur de l’inconnu. Quand aux mages blancs, Adan avait entendu dire que leur quartier général, le Zenitium, se trouvait à Kaïsha, une très grande cité qui se trouvait à plusieurs centaines de kilomètres du petit village dans lequel il résidait. Alors que les mages blancs inspiraient confiance et bienveillance auprès des habitants, les mages noirs étaient redoutés de par leurs actes violents et cruels. Telle était la situation dans laquelle se trouvait le monde de Spira en ce temps.
Adan soupira : parfois, il aurait voulu pouvoir redevenir un enfant, pour croire que le monde est simple et la vie agréable. Pour rêver et toujours trouver la force d’espérer.
Dernière édition par Shoun le Lun Jan 28, 2008 6:59 pm, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Shoun
 
Messages: 73
Inscription: Mer Jan 16, 2008 4:00 pm
Localisation: Quelque part dans le Nord de la France

Messagepar becdanlo » Mer Jan 16, 2008 6:15 pm

Bin, voila, je viens de lire ton premier chapitre!

Ce que je trouve d'intéressant* c'est qu'on y sent déjà le rythme, le souffle pour un récit au long court. Il y a l'exposition d'une intrigue qui va suivre et le décor est bien planté.
Comme tu as dû le lire, quelque part sur le forum, on ne corrige pas trop les fautes d'orthographe ni de syntaxe ici... et à mon avis il n'y en a pas tant que ça. Nous en faisons tous (moi en particulier :lol: ) mais ce n'est pas fondamental pour l'écriture d'une histoire... ça vient dans une étape ultérieure.

Tu dis, dans un autre message, que tu comptes sur nous pour améliorer ton style... mais malheureusement il n'y a pas vraiment de recette... le style se forge en écrivant.... il fait partie intégrante de notre personne... comme notre physionomie... et il est très difficile d'en changer, il faut souvent faire avec en essayant de le mettre en valeur.

Voici donc ce que je te propose: continue à écrire... tu peux afficher au fur et à mesure tes chapitres... revenir dessus, et tu peux même corriger quelque chose en cliquant sur le bouton édit, en haut à droite de ton message.

Quand tu seras suffisamment avancée, tu pourras songer à faire corriger ton texte, soit par quelqu'un d'ici, s'il y a un volontaire, soit sur TNN CIe par exemple.

Dans un premier temps, il faut écrire un premier jet et surtout tenir la distance. Un roman a au minimum une 80/100 pages à 1500 signes par pages (espaces compris). Sinon, c'est une nouvelle. Mais dans une nouvelle, le récit doit être beaucoup plus resséré (moins de descriptions, une intrigue plus simple)

Voila, c'était mon avis,
au suivant!

:wink:

* merci Christian d'avoir corrigé :wink:
Dernière édition par becdanlo le Mer Jan 16, 2008 9:36 pm, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Shoun » Mer Jan 16, 2008 6:36 pm

Oui, je sais, j'ai déjà posé l'intrigue et planté le décor comme tu dis.
Et non, ce n'est pas une nouvelle.

Je n'ai jamais aimé les trop longs débuts. J'aime bien être dans l'ambiance assez rapidement, on sait tout de suite à quoi s'attendre au moins. Les premières pages d'un roman sont décisives, et si elles ne sont pas assez intéressantes, le lecteur ne poursuivra pas la lecture.

Enfin bon, j'écris comme ça, faut aimer :wink:
Avatar de l’utilisateur
Shoun
 
Messages: 73
Inscription: Mer Jan 16, 2008 4:00 pm
Localisation: Quelque part dans le Nord de la France

Messagepar MarcFenek » Mer Jan 16, 2008 8:20 pm

Citation:
Et j'accepte les critiques, tant que c'est justifié


Okay, alors je vais essayer de justifier. ;)

Il y a un truc qui m'a gêné dans le premier paragraphe, c'est l'alternance entre une narration au passé et une narration au futur. «Il y avait cet homme» et le reste à l'avenant, ça m'aurait mieux convenu.

Un peu plus loin, c'est le «toutes les rues étaient totalement désertes» qui m'a déplu. «toutes» et «totalement», pour moi, ça fait répétitif.

Et re-problème de concordance pour finir : «Adan soupira : parfois il voudrait redevenir un enfant». C'est ce qu'il ressent, donc on peut le narrer ou le citer ; dans un cas, c'est «Adan soupira. Parfois, il voulait redevenir un enfant» (ou «aurait souhaité»), dans l'autre, c'est «Adan soupira : "parfois, je voudrais redevenir un enfant"». (Là, j'ai aussi rajouté une virgule après parfois, pour le rythme.)

Du moins, c'est comme ça que je le ressens.

Pour le reste, l'incipit n'est pas mal, avec des phrases au rythme régulier, bien aidé par une ponctuation judicieuse -- ce qui est très important pour que moi, lecteur, j'entre dans l'ambiance, et que trop d'auteurs à mon goût bâclent comme si seules les lettres importaient.

Y'a un ou deux endroits, notamment entre la description de la mage noire et l'écho de la mage blanche, où j'aurais bien vu un retour à la ligne, pour le rythme toujours.

Enfin voilà. Si ça te paraît manquer de bons points, sache que le simple fait que j'aie lu jusqu'au bout et que je donne mon avis est déjà un très bon point. :twisted:
Dieu créa l'homme. Puis, Elle se dit : «Je peux faire mieux !»
Et Elle créa la femme.
Avatar de l’utilisateur
MarcFenek
 
Messages: 119
Inscription: Dim Nov 25, 2007 6:55 pm
Localisation: fr-FR

Messagepar Christian Domec » Mer Jan 16, 2008 8:44 pm

Bonjour,
becdanlo a écrit:
Ce que je trouve désintéressant

Le connaissant, je pense que la langue de Bernard a fourché.

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Shoun » Mer Jan 16, 2008 9:04 pm

Merci beaucoup MarcFenek. Mais de toute façon il va falloir que je retravaille mon texte ^^
Tes conseils me seront utiles, sincèrement.
Je vais améliorer tout ça.
Merci beaucoup !
Avatar de l’utilisateur
Shoun
 
Messages: 73
Inscription: Mer Jan 16, 2008 4:00 pm
Localisation: Quelque part dans le Nord de la France

Messagepar Philipum » Mer Jan 16, 2008 9:33 pm

Ce qui me gène c'est que je n'arrive pas bien à me représenter ce monde dans ma tête. Je dois aller et venir plusieurs fois dans le texte pour me faire une idée...

C'est clair qu'il y a un sentiment de malaise et de peur peur dès le départ, un danger plane (aussitôt que la nuit tombe, les rues sont désertes, tout le monde craint de sortir). Quel est ce danger ? C'est plutôt mystérieux ; mais on a des éléments : "Je suis toujours vivant" et "il savait qu'il risquait sa vie", "Ils ne m’auront pas, se persuadait-il. Je ne leur ai rien fait. Ils ne peuvent pas me tuer" ; il y a donc des tueurs qui rôdent la nuit.

Mais ensuite on a l'image de cette femme noire sur l'affiche : "La terreur qu’elle répandait était telle que les habitants de Spira n’osaient plus sortir de chez eux quand il faisait trop sombre". C'est donc cette femme-mage qui est la tueuse. Mais ensuite : "le fait que la population craignait les mages noirs, c’était surtout parce qu’ils restaient dans l’ombre. Les gens ont peur de l’inconnu", donc ils sont craints non pas pource qu'ils font mais plutôt pour ce qu'ils sont, pour les choses mauvaises qu'ils inspirent ou qu'ils réveillent... Ils sont "réputés" pour commetre des actes violents et cruels.

Peut-être que ce qui me gène, c'est que cet homme, Adan, craint pour sa vie, alors que le vrai danger est plus subtil que cela... Mon sentiment, c'est que ce qui terrifie, c'est plutôt la rencontre avec les mages noirs, plutôt que ce qu'ils pourraient faire.
Avatar de l’utilisateur
Philipum
 
Messages: 1582
Inscription: Jeu Nov 22, 2007 9:50 pm

Messagepar Shoun » Mer Jan 16, 2008 9:39 pm

C'est à peu près ça oui.
Adan ne sait pratiquement rien d'eux, il a peur de les rencontrer, mais il ne sait pas vraiment pourquoi.
C'est assez complexe...
Mais bon, j'essayerai de mieux l'expliquer dans les chapitres à venir.

La Mage Noire n'agit pas seule, mais tu le découvriras par la suite, c'est pour ça que j'emploie le "ils".

Merci de m'avoir donné tes impressions !
Avatar de l’utilisateur
Shoun
 
Messages: 73
Inscription: Mer Jan 16, 2008 4:00 pm
Localisation: Quelque part dans le Nord de la France

Re: Lumières Obscures

Messagepar Christian Domec » Ven Jan 18, 2008 12:26 am

Bonjour,

C'est un très bon début. J'aime bien ces trois niveaux :

le colleur d'affiche
regarde l'image aposée ;
elle représente une menace bien réelle
y compris pour le coleur d'affiche
qui regarde...

Il y a un début de mise en abyme saisissant.
J'aime aussi la description de l'encollage de l'affiche.
L'utilisation de temps différents au début ne me dérange pas, il crée un déséquilibre qui s'accorde assez bien avec l'ensemble. Mais, Mark a certainement raison.
Il y a quelques répétitions à éviter. Mais, et ça je n'en sais rien, cela peut se reprendre maintenant ou après avoir avancé dans le récit.

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Diego Ortiz » Ven Jan 18, 2008 1:45 am

Ce qu'il y a de bien avec vous, c'est que vous ne désemparez pas. Les critiques de nos amis, vous les acceptez avec une grâce que bien des personnes qui ont le double de votre âge et de votre expérience n'atteignent jamais. Vous avez tout de suite compris que le club, ici, c'était comme cela, et que la franchise dans les propos et les critiques était à la mesure de la confiance que vos lecteurs et pairs accordaient à votre capacité à jouer et à vous jouer, plutôt qu'à rougir et vous bloquer. Il ne vous aura fallu que quelques lignes pour convaincre cette audience que vous étiez capable d'encaisser et de rebondir. Je vous salue bien bas.

Etant moins littéraire que beaucoup ici - j'ignore quand je serai en me mesure de me mettre à pondre un chapitre à faire suivre d'un second et ainsi de suite - et donc dans une certaine mesure en retard sur vous, je me permets de partager avec vous une expérience acquise sur un autre terrain. Dans certaines conversations à haute teneur affective, vous l'aurez peut-être remarqué, des personnes proches, très proches, se mettent à communiquer en omettant de parcourir un chemin continu et linéraire, Dans mon métier on appelle cela le "saute-mouton thérapeutique". Tu dis A j'associe à C et tu en es déjà à E et au coup suivant nous changeons carrément d'alphabet car la communication passe en sautant des étapes, contre toute logique apparente.

J'ai retrouvé cela chez beaucoup d'auteurs : une absence de scrupules totale en ce qui concerne le côté systématique de toute description. On dit que la maison est de guingois et que les baies de la terrasse reflètent le soleil couchant, et il n'y a pas besoin de parler des colonnades, des cariatides, des angelots qui volètent autour de la chevelure d'or de l'héroïne qui s'esclaffe pour la centième fois arrivée à la case préférée de sa page préférée. En lisant votre texte il m'a semblé que vous pouviez vous permettre d'être plus elliptique, quitte à vous reprendre en vous appuyant sur l'idée ou l'image suivante.

Pris bonne note aussi de votre volonté d'écrire un roman et non une nouvelle. Quelqu'un a dit, sans vouloir l'imposer, appréciez sa délicatesse, qu'il est souvent bon d'aller jusqu'au bout d'un premier jet, d'une première piste et sans se retourner. C'est tout le contraire de ce que l'on apprend en classe. Il faut prendre une bonne inspiration et se lancer. Laisser le travail de fourmi de la relecture et de la mise en ordre pour plus tard, pour s'apercevoir parfois avec effarement que l'héroïne a changé trois fois de nom en cours de route. Je dois dire que moi aussi je suis de cet avis, de laisser vaticiner un peu, beaucoup, et de ressaisir les rênes quand on sent que la monture elle-même le demande.

Ah, quel plaisir de lire la naissance de votre roman. Quel plaisir de sentir que vous avez plus d'un tour dans votre sac. La littérature a quelque chose de spécial, qui existe aussi dans l'art en général, qu'au lieu d'en être jaloux, on est rempli par la plénitude des œuvres des autres.

Très amicalement
D.O.
Avatar de l’utilisateur
Diego Ortiz
 
Messages: 416
Inscription: Mar Déc 25, 2007 6:23 am
Localisation: Genève

Messagepar Shoun » Ven Jan 18, 2008 12:39 pm

Merci beaucoup Diego.

Effectivement, si je me suis inscrite sur ce forum, c'est pour faire partager le roman que je suis en train d'écrire avec d'autres personnes qui ont la même passion que moi.
Si je devais râler et me défendre à chaque critique, je n'en vois pas bien l'intérêt.

Comme je l'ai dit précédemment, j'accepte toute critique, de toute façon, j'écris pas trop mal en toute modestie n'est-ce pas :wink: ), mais je n'ai pas non plus un niveau extraordinaire, et je commets des erreurs, comme tout le monde.

Je sais bien que mon texte n'est pas parfait, il ne le sera sans doute jamais; j'ai mon style, mais je commets des erreurs, et vous, vous m'aidez à le rendre meilleur, vous m'aidez à m'améliorer, à m'ouvrir les yeux sur ce qui ne va pas; et tout cela en gardant mon style d'écriture.

Enfin, bref, je tiens à vous dire à tous UN GRAND MERCI.

(p.s. : Le deuxième chapitre est en cours d'écriture)
Avatar de l’utilisateur
Shoun
 
Messages: 73
Inscription: Mer Jan 16, 2008 4:00 pm
Localisation: Quelque part dans le Nord de la France

Messagepar Philipum » Ven Jan 18, 2008 2:30 pm

Diego Ortiz a écrit:
Pris bonne note aussi de votre volonté d'écrire un roman et non une nouvelle. Quelqu'un a dit, sans vouloir l'imposer, appréciez sa délicatesse, qu'il est souvent bon d'aller jusqu'au bout d'un premier jet, d'une première piste et sans se retourner.


C'est marrant, moi je ne me suis jamais senti assez mûr pour me lancer dans un roman ; j'ai comme l'idée que débuter avec un roman (ou même, comme je le vois souvent chez les écrivains en herbe, toute une trilogie), c'est comme vouloir faire de l'alpinisme et commencer par le Mont Everest. Mais il faut dire que j'aime écrire des nouvelles, j'aime y prendre ma liberté, et y tester des formes d'écriture innovatives ; mais je remarque aussi que je commence petit à petit à maîtriser plus ou moins comment faire une description, une mise en place d'un personnage, un dialogue, une chute etc.. (il y a un million de facons de faire tout ca, mais quand même, le sentiment s'aiguise au fur et à mesure), et que chacun de mes textes devient plus long que le précédent.
Avatar de l’utilisateur
Philipum
 
Messages: 1582
Inscription: Jeu Nov 22, 2007 9:50 pm

Messagepar becdanlo » Ven Jan 18, 2008 5:38 pm

J'ai ouvert un fil sur le sujet "de la Nouvelle au Roman" dans le forum "Conseils d'auteurs à auteurs" a cette adresse:

http://www.becdanlo.fr/forum/viewtopic.php?p=1704#1704

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble


Retourner vers Shoun's corner

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron