Chapitre 5

Le coin à Shoun

Chapitre 5

Messagepar Shoun » Jeu Fév 21, 2008 5:24 pm

Chapitre 5





Les rayons de Soleil s’entrelaçaient joyeusement, formant de drôles de trajectoires. Ils se laissaient glisser d’un point à un autre, de telle sorte à ce que tout le volume de la pièce soit illuminé, ne laissant ainsi aucune zone d’ombre. Les traverser procurait une agréable sensation de chaleur et de sécurité. Pourtant, lorsque Shoun entra dans la bibliothèque, elle ne sembla pas remarquer ce changement d’atmosphère, trop occupée à chercher des yeux si la personne qu’elle était venue voir se trouvait dans la salle.
La bibliothèque du Zenitium était sans doute la plus grande pièce que le bâtiment abritait. Elle présentait des dizaines de galeries dans lesquelles des centaines d’étagères étaient alignées, exposant des ouvrages dont personne n’avait jamais eu le courage de compter leur effectif total. Les meubles étaient tellement hauts qu’il fallait utiliser une échelle si l’on désirait se procurer un livre se trouvant sur la planche la plus élevée.
Shoun ne prit pas longtemps à localiser Perdénon. Sa taille l’empêchait de passer inaperçu. Elle dépassa plusieurs rayons et s’arrêta devant la table derrière laquelle il était assis.
Le Grand Conseiller semblait plongé dans un énorme ouvrage dont Shoun ne put identifier le titre. Il avait chaussé ses petites lunettes rectangulaires, ce qui lui donnait un air encore plus sérieux que celui qu’il arborait habituellement. L’esprit complètement absorbé par ce qu’il était en train de lire, Perdénon ne se rendit pas compte de la présence de Shoun, et il fallut que celle-ci passe sa tête entre le livre et les yeux du Conseiller pour que celui-ci la remarque. D’un bond, il se redressa, si brusquement qu’il failli en perdre l’équilibre et tomber de sa chaise. Shoun s’abstint de rire, comme elle le faisait souvent devant lui. La plupart de ses mimiques étaient amusantes, mais elle préférait ne pas le vexer. Elle aimait beaucoup Perdénon et le respectait profondément. Même si son comportement était quelque peu étrange parfois.
A la façon dont le Grand Conseiller dévisageait la nouvelle venue, on aurait pu croire qu’elle venait tout juste de sortir du recueil qu’il tenait encore entre les mains. Cette fois, Shoun ne put retenir un léger sourire qui n’échappa pas à Perdénon. Assis, il faisait déjà presque la même taille que la jeune fille. Mais s’il se mettait debout, il la dépasserait d’une trentaine de centimètres.
Il referma son livre en faisant claquer les pages les unes contre les autres et le posa lourdement sur la table. Puis, après quelques instants de réflexion, il se leva, sans avoir quitté Shoun des yeux, et prit la parole d’une voix calme et assurée.
« Je suppose que vous êtes venue me voir dans le but de me parler du voyage que compte entreprendre Yuna, Miss ?
L’étonnement ne fut pas difficile à lire dans les yeux de la jeune fille. Parfois, elle en venait à croire que Perdénon était doté d’un sixième sens, qui lui permettrait de savoir ce que les autres personnes allaient dire avant même qu’elles n’aient le temps d’ouvrir la bouche. Anticipant à nouveau, Perdénon poursuivit.
- Je me doutais bien que vous viendriez me voir. Cela m’a assez surpris quand Yuna m’a annoncé qu’elle avait l’intention de vous emmener avec elle. Mais, ne désireriez-vous pas poursuivre cette conversation à l’extérieur ?
- Il fait un peu froid dehors, non ? répondit Shoun, toujours aussi surprise par l’attitude du Conseiller.
Perdénon regarda successivement à droite, puis à gauche, comme s’il voulait s’assurer qu’ils n’étaient pas espionnés.
- Disons que certaines personnes (et il insista sur le mot « certaines »), se plaisent à écouter des conversations qui ne les regardent pas. C’est ainsi que naissent les rumeurs, étant donné que leurs oreilles ne saisissent qu’une partie des propos échangés.
Cette fois, Shoun fut incapable de se retenir et éclata de rire. L’élocution soutenue de Perdénon, le vocabulaire recherché qu’il employait, sa façon distinguée de parler ; elle n’avait pu se retenir plus longtemps, c’était trop amusant à regarder et à entendre.
Perdénon lui lança un regard interrogateur, fermant à moitié un œil et levant un sourcil, ce qui n’aida pas la jeune fille dans sa tentative vaine pour tenter de retrouver son sérieux.
- Excusez-moi, réussit-elle finalement à articuler. Je suis vraiment désolée, ce n’est pas de ma faute, je…
Mais Perdénon ne semblait pas vexé. Au contraire, son visage se décrispa et un léger sourire se dessina sur ses lèvres, animant les deux coins de sa bouche par un petit rire discret qu’il tentait vainement de dissimuler. Il prit Shoun par les épaules et l’incita à aller vers la sortie.
- On y va ? proposa-t-il.
En réalité, la poigne de Perdénon était tellement forte que Shoun n’avait pas vraiment le choix. Même si elle en avait eu la volonté, elle ne serait pas parvenue à faire demi-tour. Le Conseiller ne prit même pas la peine de ranger son livre.
Parcourir les couloirs en compagnie du Grand Conseiller était un peu comme défiler en maillot de bain rose fushia parmi une foule de gens vêtus pour une cérémonie de la plus haute importance. Shoun tenta de ne pas faire attention aux têtes qui se tournaient dans leur direction lorsqu’ils passaient à côté d’eux, aux regards braqués sur eux. Elle pensa qu’ils devaient former un drôle de couple, mais tenta de se rassurer en se persuadant que c’était la différence de taille qui frappait, rien d’autre.
La jeune fille avait un peu l’impression d’être un cheval guidé par son cavalier à cause de la poigne ferme que Perdénon exerçait sur elle, même s’il ne s’en rendait sans doute pas compte. Il l’emmena de cette façon à l’arrière du bâtiment, dans l’immense parc qui s’étendait à perte de vue, parsemé de bassins contenant des plantes aquatiques toutes plus étranges les unes que les autres. Shoun connaissait le nom et les propriétés magiques de la plupart d’entre elles, grâce à ses études et à l’intérêt qu’elle portait à l’herbologie. Perdénon exerça une pression sur son épaule gauche, l’incitant à tourner, mais la jeune alchimiste n’était pas prête à se laisser faire.
- Hey ! Je ne suis pas un cheval. Vous avez une langue, non ?
Perdénon répliqua instantanément.
- Je sais bien que vous n’êtes pas un cheval, Miss. Si vous en étiez un, je vous aurais donné un coup de talon dans les flancs pour vous faire changer de direction.
Après avoir échangé un regard complice, ils éclatèrent de rire. L’humour de Perdénon correspondait parfaitement à l’homme qu’il était.
Une légère brise soufflait, berçant harmonieusement les feuilles des arbres, mais elle n’était pas suffisante pour provoquer le frisson le plus subtile chez nos deux protagonistes. Après que Perdénon ait déniché un coin exposé au Soleil, loin de toute forme de vie humaine, il prit le soin d’en faire trois fois le tour, pour une raison qui échappait à Shoun. L’inspection finie, il s’installa enfin, avec beaucoup de souplesse pour un homme qui portait presque quarante années sur ses épaules. Assis dans l’herbe, il invita la jeune fille à se mettre à côté de lui. Puis, malgré le fait qu’il ait vérifié plusieurs fois qu’ils ne pouvaient être entendus de personne, il s’approcha lentement d’elle et reprit la conversation qu’ils avaient abandonnée dans la bibliothèque, sur le ton de la confidence.
- Vous vous demandez sûrement pourquoi Yuna vous a choisi vous, et personne d’autre. Je me trompe ?
Le Conseiller n’avait pas tourné autour du pot. La question avait était directe et franche. Shoun acquiesça silencieusement. Tout comme la mage blanche, Perdénon semblait capable de passer d’une émotion à une autre en un rien de temps. La gaieté avait disparu de son visage, laissant place à la perplexité. Comme à son habitude, il enroula sa barbichette autour de son index, le regard vague, visiblement plongé dans une intense réflexion.
Avatar de l’utilisateur
Shoun
 
Messages: 73
Inscription: Mer Jan 16, 2008 4:00 pm
Localisation: Quelque part dans le Nord de la France

Messagepar Shoun » Jeu Fév 21, 2008 5:28 pm

- Permettez-moi de vous avouer que cette décision m’a, au premier abord, surpris également. Mais si elle souhaite que vous l’accompagnez, c’est qu’elle a une bonne raison pour cela.
Cependant…
Perdénon s’arrêta et regarda la jeune fille dans les yeux.
- Je pense que cette expédition est assez dangereuse, déclara-t-il.
Shoun ouvrit la bouche pour répondre, mais le Conseiller l’arrêta d’un geste de la main. Elle garda donc le silence et attendit calmement qu’il poursuive.
- J’en ai également fait part à Yuna, mais vous la connaissez aussi bien que moi, elle est têtue comme un âne. Quand elle a décidé quelque chose, il est pratiquement impossible de l’en faire démordre. Elle a la ferme intention de vous emmener avec vous, j’en suis même venu à penser que, si vous aviez refusé, elle vous aurait forcé à l’accompagner.
- Oh non, je ne pense pas, répondit Shoun. Elle a cru que je ne voulais pas venir avec elle au début, et elle n’a pas insisté.
- Je vois. Miss, le fait n’est pas que je ne veux pas que vous partiez avec elle. Je sais bien que vous ne risquez pas grand-chose en sa compagnie. Mais, dans ce monde, le risque zéro n’existe pas. Si vous êtes attaqué par surprise, par un nombre de créatures important, je ne crains qu’elle ne puisse vous protéger et les éliminer à la fois.
Shoun ne voyait pas où le Conseiller voulait en venir, car elle doutait fort que Yuna ne soit pas capable d’une telle prouesse.
- C’est pour cela que j’ai décidé de vous accompagner. Mieux vaut être à trois. L’itinéraire sera jonché d’obstacles, je préfère être avec vous. On ne sait jamais.
Shoun réagit au quart de tour, et lui lança sur le ton de la plaisanterie.
- Vous en êtes sûr ? Ce sera très risqué, vous savez. Si j’étais vous, je resterez sagement ici. Ce serait sans doute plus prudent. En dehors du Zenitium, vous courrez un grave danger.
Perdénon sourit et ne prit pas longtemps à trouver une réponse adéquat à l’attaque qui venait de lui être lancée.
- Et c’est vous qui me dites cela ! Mais, j’imagine que vous serez là pour me protéger en cas d’agression.
- Je sais me défendre, répliqua-t-elle. Je sais manier certaines armes blanches avec beaucoup d’agilité.
Perdénon reprit soudain son air sérieux.
- Je suis désolé de vous dire ça Miss, mais je ne crains, hélas, qu’une dague ne puisse pas grand-chose contre de la magie.
- J’en ai bien conscience. Mais j’aurai un protecteur d’élite. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter.
Le Conseiller fut touché par ces quelques mots sincères. Il resta un petit moment à contempler la jeune fille, se promettant de faire tout ce qui était en son pouvoir pour qu’il ne lui arrive rien. Soudainement, emporté par un élan qui fut plus fort que lui, il se releva d’un bond et se mit en marche vers le Zenitium. Shoun dû se mettre à courir pour arriver à sa hauteur.
- Mais ça va pas non, lui reprocha-t-elle. Vous pourriez prévenir ! Ou au moins ralentir !
Mais Perdénon ne semblait pas décidé à décroître son allure. Déterminé, il poursuivait son chemin en fixant le Zenitium des yeux. Shoun s’accrocha à son bras et le tira de toutes ses forces vers l’arrière, mais il n’y avait rien à faire. Elle se faisait traîner avec une simplicité qui la dégoûtait.
Tout à coup, sans prévenir, le Conseiller planta ses pieds dans le sol, et Shoun s’écrasa de tout son poids contre son dos.
- Ce n’est pas trop tôt, se plaignit-elle, en se dégageant et en se massant les côtes.
Elle jeta un coup d’œil à Perdénon qui semblait ne pas l’avoir entendu. Son imprévisibilité la troublait souvent. Décidément, cet homme n’avait pas fini de la surprendre.
- Je me demande si… dit-il en se parlant à lui-même.
Il regarda successivement la jeune fille, puis le bâtiment du Zenitium qui se dressait devant eux. Ils avaient encore un bon bout de chemin à parcourir avant de l’atteindre.
- Oui, continua-t-il. Ce sera sans doute plus rapide.
Shoun le dévisageait sans rien comprendre, mais Perdénon n’y prêta aucune attention. Il l’attrapa par la taille et la souleva comme si elle n’était qu’un sac de plumes. Il la porta de façon à ce que leurs visages se retrouvent à la même hauteur, puis lui adressa finalement quelques mots.
- Accroche-toi à moi.
- Quoi ? Mais, qu’est-ce que vous allez faire ? Ne vous mettez pas à courir ! Perdénon…
Mais il était déjà trop tard. Perdénon avait tourné sur lui-même en murmurant une incantation. Shoun eut tout juste le temps de se cramponner de toutes ses forces en passant ses bras autour de son cou. Elle comprit mieux sa recommandation.
Le parc avait disparu, et ils étaient enveloppés dans une sorte de halo blanc. Les pieds de Perdénon avaient quitté le sol, et il continuait de parler à voix basse. Elle avait l’impression d’être propulsée à grande vitesse à travers un nuage blanc plutôt compact. L’instant d’après, ils se retrouvèrent dans le bureau de Yuna. Shoun perdit l’équilibre et tomba à terre. La Mage Blanche, quant à elle, poussa un cri de surprise lorsqu’elle les vit débarquer en plein milieu de sa pièce. Le Conseiller semblait fier de la Téléportation qu’il venait d’effectuer. Il ne prit pas le temps de donner d’explication.
- Nous partons de suite, Miss Yuna. Faites votre sac, et prévenez Ratak Douglar de préparer trois chevaux le plus rapidement possible.
- Mais… Perdénon, nous avons le temps, nous n’étions censés partir que dans deux jours !
- Pourquoi attendre alors que nous pouvons partir de suite ?
Yuna lança un regard interrogateur à son amie, toujours assise par terre, qui lui répondit par un haussement d’épaules devant l’incompréhension totale de la situation. Perdénon semblait le seul à y voir clair. Il ouvrit une armoire, s’empara de deux sacs de voyages, et en lança un à chacune des deux filles.
L’émotion apparue suite à la Téléportation imprévue, et maintenant le départ précipité… Le monde de la magie était bien mystérieux. Et elle qui pensait passer une journée au calme, à se la couler douce en se reposant dans le parc, ou bien à l’ombre, dans sa tour. Il fallait être fou pour planifier ses journées à l’avance en vivant au Zenitium.
Voyant qu’elle ne bougeait pas, le Conseiller l’attrapa par le col de sa tunique et la souleva sans effort, de sorte à ce qu’elle se retrouve à nouveau debout. La jeune fille n’aimait pas être bousculée de la sorte, mais elle n’arrivait pas à en vouloir à Perdénon pour son manque de tact. Et puis, le goût de l’aventure ne lui déplaisait pas, bien au contraire. Elle se sentait gonflée à bloc, prête à affronter tous les dangers qui se présenteraient à elle.
C’est avec le sourire qu’elle se rendit dans sa tour qu’elle avait quitté quelques instants auparavant, grimpa l’escalier jusqu’à une petite niche située à son sommet. Un coffre violet orné du même symbole que celui se trouvant sur la porte était posé dans le renfoncement. Shoun déplaça une dalle et en sortir une petite clé en argent brossé, et l’inséra dans le coffre qui s’ouvrit sans aucune difficulté. La petite malle laissa aisément découvrir ses entrailles. Une dizaine de dagues et de poignards étaient parfaitement alignés à l’intérieur, reposant sur un coussin en velours noir. La jeune fille choisit rapidement les deux armes qu’elle emporterait avec elle, les plus affûtées et celles qui perceraient le mieux la cuirasse des ennemis les plus coriaces. Elle les glissa de chaque côté de sa ceinture, puis saisit avec précaution quelques flacons posés sur ses étagères, avant de redescendre silencieusement les marches et s’apprêter à sortir de la salle quand elle s’arrêta. Après quelques secondes de réflexion, elle retourna au sommet de la tour, mais cette fois, souleva une latte de bois qui constituait la dernière marche de l’escalier. Shoun en extrait un petit sac en toile marron parfaitement étanche et opaque et le serra contre elle.
- Après tout, ils pourraient toujours m’être utiles, pensa-t-elle. »
Après avoir pris soin de replacer la planche de bois dans sa position initiale, elle se retira de la pièce, en prenant soin cette fois de fermer la porte à clé, pour être certaine que personne n’y entre durant son absence.
Son sac de voyage l’attendait à l’extérieur, posé sur le sol. Elle y cacha la petite sacoche de tissu dans l’une de ses poches internes. Puis, d’un mouvement rapide, elle le lança sur son épaule, et se dirigea vers les écuries, pour y retrouver Yuna et Perdénon.
Elle était prête à entamer le long voyage qui les attendait.
Avatar de l’utilisateur
Shoun
 
Messages: 73
Inscription: Mer Jan 16, 2008 4:00 pm
Localisation: Quelque part dans le Nord de la France

Messagepar becdanlo » Mar Fév 26, 2008 12:22 pm

Ne m'en veut pas, mais j'ai relevé:

Citation:
L’inspection finie, il s’installa enfin, avec beaucoup de souplesse pour un homme qui portait presque quarante années sur ses épaules.


C'est vrai que tu es tellement jeune... mais crois moi... à quarante ans (moi qui en ait bien plus) on est encore très souple. :lol:

Sinon, j'aime bien les dialogues, ici. Notamment dans la première partie de ce chapitre : des dialogues bien menés.

Le voyage se prépare...

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6907
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Shoun » Mar Fév 26, 2008 8:07 pm

Sur l'autre forum sur lequel je suis, on a critiqué un peu mon texte, comme quoi l'intrigue avançait trop lentement, les dialogues ralentissaient...

Je suis heureuse que ce passage te plaise, même s'il est loin d'être le plus important.

J'aime bien placer tranquillement le cadre, les personnages, les relations entre eux, etc...

Et sinon, je ne doute pas qu'à 40 ans, on n'a pas forcèment tous les membres déjà engourdis par la vieillesse, mais bon, j'entends quelques fois ma mère, qui vient d'avoir la quarantaine, dire que la vieillesse "commence à se faire sentir ;)"
Avatar de l’utilisateur
Shoun
 
Messages: 73
Inscription: Mer Jan 16, 2008 4:00 pm
Localisation: Quelque part dans le Nord de la France


Retourner vers Shoun's corner

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron