Dangerous boy... , par ushisama

Le coin à Ushisama

Dangerous boy... , par ushisama

Messagepar ushisama » Lun Mai 12, 2008 8:52 pm

Dangerous Boy... par ushisama
"Je t'avais pourtant dis que j'étais dangereux"
ça m’est venu comme ça, j’ai laissé mes doigts courir sur le clavier et ça a donné ce texte.

----------

« ‘Y a de la visite pour toi »
Ce n’est que lui. Un petit pion sans importance dans cet échiquier géant de la vie. Comme toujours, il me demande comment ça va. Aussi bien que d’habitude. Si je continue à penser à lui. Autant que d’habitude. Si je regrette. Seules nos fautes ne nous laissent aucun regret [1]. Il soupire et regarde par la petite et unique fenêtre de la pièce exigüe. Dehors, les nuages survolent la ville, amenant avec eux la tristesse des jours gris. Est-ce que je prends toujours mes cachets ? Bien sûr… Il le faut… Je suis dangereux.

Tu ne voulais jamais me croire quand je te disais ça. Tu le devais pourtant. Tu l’as compris, mais c’était trop tard, nous étions déjà trop proches l’un de l’autre, trop attachés par nos âmes. Te souviens-tu de ces longues après-midi à jouer ensemble ? Ces sons mélodieux que nous arrachions sans fin à nos instruments respectifs. C’était le bon temps.

T’es-tu rendu compte de l’effet que tu produisais sur moi ? Cette tension… Electrique qui se déclenchait en moi à chaque fois que nos regards se croisaient ? J’aurais voulu ne pas la connaître. Elle nous a poussés à commettre le pire. Et aucun de nous n’est ressortis indemne de cette lutte. ‘C’est de ma faute, c’est de ma faute’ sanglote-je encore aujourd’hui entre deux crises.

Car jamais, jamais je n’aurais dû poser les yeux sur toi. Toi, ange démoniaque qui a volé mon cœur. Aujourd’hui encore, tu t’amuses à me torturer de là où tu es. Loin, si loin, mais encore assez proche pour me tuer d’un seul de tes regards.

L’autre est enfin parti, comme toujours, l’air triste, impuissant et fatigué. Il ne veut pas admettre que mon ‘cas’ ne peut évoluer. J’ai toujours été comme ça, et je le serais toujours. Même toi, tu n’as pas réussi à me faire changer, malgré toute la volonté que tu, que nous avons mise.

Ennuyé et n’ayant rien d’autre à faire, je me couche…
Seul, fragile, dans ce lit vide de ton odeur, ta présence inexistante dans cette pièce impersonnelle au mur gris.
Pourtant, je sais que tu n’es pas loin. Que tu me regardes. Tu as toujours aimé faire ça, n’est-ce pas ?
M’épier en cachette, quand j’étais trop perdu dans mon monde pour remarquer quoi que ce soit.
C’est vrai que moi, j’ai aussi toujours aimé me savoir admiré par quelqu’un. Alors par toi, c’était vraiment l’extase…

La nuit est tombée.
Les lumières se sont éteintes.
Je ferme les yeux et laisse mon corps se détendre après cette journée immobile et morne.

Dans le silence du noir, un corps inaudible me rejoint… C’est toi. Ta chaleur provocatrice est reconnaissable. Personne ne peut te ressembler. Personne ne peut te surpasser. Personne n’est aussi parfait que toi. Et tu es à moi. A moi… Rien qu’à moi, pour toujours. Ton souffle excitant mes sens s’approche de mon oreille pour me souffler quelques mots sans importance. Tes doigts survolent ma peau que tu dénudes petit à petit, sans jamais me toucher. Aurais-tu peur de te brûler ? Tes yeux de faon admirent comme si c’était la première fois mes courbes fines. Essaies-tu de te souvenir du moindre de mes détails ? Si c’est le cas, arrête. Mon envie est trop présente pour que tu ais le temps d’apprendre tous mes défauts. Ton corps fait enfin ce que je lui supplie intérieurement de faire alors que ta bouche chaude investit mon cou. Je me perds dans un monde parallèle. Celui du plaisir de m’unir avec toi. Nous ne sommes plus qu’un. Où finis tu et où commence-je ? Personne ne peut le dire, pas même toi ou moi. Les minutes nous conduisent vers cette petite mort tant attendue et tant regrettée. Tu te laisses tomber sur moi. Je suis si bien comme ça, j’aimerais ne jamais cesser ce moment, mais voilà, tu dois partir.

Tes lèvres sensuelles m’embrassent une dernière fois, emportant avec cet ultime baiser toute la beauté de ces instants passés contre toi.

Car je sais bien que ceci n’était qu’un rêve de plus,
Que je ne me réveillerais que dans les bras froids de mes draps.

Tu sais, ce couteau qui m’a soulagé, je l’ai encore.
J’admire parfois encore le sang qui a rouillé sur la lame.
Je me souviens de tes cris en me voyant l’utiliser quand je le regarde.
Tu as eu vraiment peur, n’est-ce-pas ?

Oui, ton regard était terrorisé ce jour là. Ca en était presque amusant.
Jamais, non, jamais tu n’aurais dû poser ton regard sur moi.
Ce sang est le portail vers le passé.
Personne ne l’a trouvé… Personne ne le trouvera jamais.

Derrière ces barreaux que tu m’as infligés,
Je ne peux que réfléchir sur moi-même.
Pourquoi ? Pourquoi es-tu revenu ce soir là ?
Je t’avais pourtant dis de ne pas revenir chez moi.

Je suis trop dangereux.
Ou fou…
Tu m’as rendu encore plus inhumain.
Avec tes paroles posées, tes mouvements félins et tes sourires calculés.

Ce sang… Je le vois partout.
Sur le ciment, sur la porte, sur les draps.
Je vois aussi ton corps se tordre sous le mien.

Tu aurais tout fait pour moi, tu me l’avais dit un jour.
Et tu avais raison… Tu as vraiment fait n’importe quoi pour moi.
Je t’avais pourtant prévenu.
Je suis dangereux.
Ce sang… Ce sang…
Je vais le mélanger à du nouveau.

Regarde-moi bien… Savoure ces derniers instants.
Car aujourd’hui je vais unir nos deux sangs.

Ma vie coule sur la fine lame…
Elle la teinte de rouge,
Ce beau rouge qui fait briller mes yeux de fascination.
Comme ce soir là.
Si seulement tu m’avais écouté,
Tu aurais compris que j’étais vraiment dangereux.
Tu aurais compris que je suis vraiment horrible.

Mais c’est trop tard…
Car cette nuit là, ton eau vermeille a coulé sur cette lame.

Car cette nuit là…
Je t’ai tué.

FIN

[1] Oscar Wilde- « Le portrait de Dorian Gray » (Chapitre 3, Lord Henry à Lady Agatha et ses invités)
Dernière édition par ushisama le Dim Mai 18, 2008 7:24 pm, édité 1 fois.
ushisama
 
Messages: 13
Inscription: Lun Mai 12, 2008 5:49 pm

Messagepar Philipum » Mar Mai 13, 2008 12:06 pm

Des phrases courtes et incisives. Oui, ce garcon est dangereux, et on le ressent tout le long du texte. Tu as très bien réussi, ushisama : j'étais captivé, fasciné par ce monologue halluciné.

Le sang coule... et tes mots coulent de source ! C'est magnifique ! Continue à écrire et à nous faire partager tes textes !

Une petite chose : la dernière phrase "Je t’ai tué. " laisse entendre que "tu" est un homme, ce qui m'a surpris (si c'était une femme, je crois qu'on écrirait "Je t'ai tuée"). Est-ce voulu ?
Avatar de l’utilisateur
Philipum
 
Messages: 1582
Inscription: Jeu Nov 22, 2007 9:50 pm

Messagepar Christian Domec » Mar Mai 13, 2008 1:14 pm

Philipum a écrit:
la dernière phrase "Je t’ai tué. " laisse entendre que "tu" est un homme, ce qui m'a surpris (si c'était une femme, je crois qu'on écrirait "Je t'ai tuée"). Est-ce voulu ?


Philipum, avant la dernière phrase il était visible qu'il s'agissait de deux garçons. La citation d'Oscar Wilde, d'emblée, mettait au parfum.

Sinon, oui, cette nouvelle est sacrément bien menée. Elle aborde en quelques phrases tout ce que la vie contient : l'amour et la mort...

Si j'étais exigeant, je verrais bien quelques clichés, mais Jean-Clet Martin a bien su répondre à la convocations de ceux-ci par rapport à son manuscrit "La Chambre" :

"Le cliché est un résumé extraordinaire, un court-circuit dont il faut extraire une image, comme c’est le cas de l’affiche au cinéma. Goddard notait, en regard de ce type de critique que, du cliché, il suffisait d’en extraire l’image, juste une image, là où d’autres en sont incapables. C’est là un réservoir de sens inestimable… Vous, vous ne percevez qu’une marge et une correction (une copie). Vous passez à côté de la toupie qui met en mouvement un texte. Comme Sartre devait le dire, tout est dans le regard du lecteur, c’est lui qui fait tourner les mots dans le bon sens (mais parfois dans l’axe de sa bêtise…) Autrement, un livre n’est qu’un ensemble de traces noires sur un papier. Il reste lettre morte !"

C'est ici (commentaire 49, réponse au commentaire 47) : http://www.leoscheer.com/blog/2008/04/2 ... tin#c13406

En tout cas, Ushisama, si tu as d'autres nouvelles comme celle-là, tu réjouiras plus d'un lecteur.

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Ishtar » Mar Mai 13, 2008 2:28 pm

Une impression intense comme si "la personne" qui vit l’histoire tente d’échapper physiquement à son passé mais elle reste possédée encore par lui intérieurement comme jamais.
Elle essaye de s’en libérer. Elle doit y parvenir. Elle sent la puissance de l’Autre la hanter encore comme pour essayer une dernière fois leur pouvoir sur sa grande faiblesse, puis l’Autre disparaît pour toujours, emportant cette fascination diabolique avec lui…

C’est intense, c’est prenant… cette histoire envoûte, l’on veut connaître le dénouement ; comprendre le pourquoi de cette libération par le sang. L’Autre est devenu le Dieu déchu.
En tuant, "la personne" se soulage du poids des chaînes que lui a mis la passion au cœur et elle se déchire de cette séparation pour l’éternité.

C’est magnifiquement bien écrit Ushi ; je suis grandement étonnée de ton style. Les phrases sont percutantes et laissent une impression indéfinissable.
Ton style n’a pas la candeur d’une ado de 16 ans. Il y a beaucoup de maturité dans ton écriture. J’apprécie beaucoup.

As-tu autre chose à nous montrer ?
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3767
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar becdanlo » Mar Mai 13, 2008 4:11 pm

Un troublant récit... je pense un peu à Mishima... justement.
Une relation avec ushisama ?

Sinon, si tu as d'autres choses à nous montrer on peut t'ouvrir un petit coin à toi sur l'Huître ?

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Re: Dangerous boy... , par ushisama

Messagepar Christian Domec » Jeu Mai 15, 2008 6:40 pm

ushisama a écrit:
ça m’est venu comme ça, j’ai laissé mes doigts courir sur le clavier et ça a donné ce texte.


Si ceci est vrai, tu vas faire des jaloux ; à commencer par moi.

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar azul47 » Jeu Mai 15, 2008 8:19 pm

Citation:
Si j'étais exigeant, je verrais bien quelques clichés

Moi, je verrais bien quelques fautes. Je sais qu'on n'est pas sur tnn ici, mais un beau texte ne mérite-t-il pas le respect de ses lettres ?
Il est difficile d'attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu'il n'y est pas.
Avatar de l’utilisateur
azul47
 
Messages: 370
Inscription: Ven Mar 07, 2008 9:09 pm
Localisation: lot et garonne

Messagepar Christian Domec » Sam Mai 17, 2008 8:08 pm

azul47 a écrit:
Moi, je verrais bien quelques fautes. Je sais qu'on n'est pas sur tnn ici, mais un beau texte ne mérite-t-il pas le respect de ses lettres ?


Tu as raison azul, mais elles pourraient être vite corrigées.

Christian.

(quelques accords, des é avant -je et quelques tirets et l'affaire serait faite ;-)
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar azul47 » Sam Mai 17, 2008 9:58 pm

Oui, c'est ça. Mais pourquoi la demoiselle reste-t-elle muette depuis qu'elle a posé ce si beau texte ?
Il est difficile d'attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu'il n'y est pas.
Avatar de l’utilisateur
azul47
 
Messages: 370
Inscription: Ven Mar 07, 2008 9:09 pm
Localisation: lot et garonne

Messagepar Christian Domec » Sam Mai 17, 2008 10:26 pm

azul47 a écrit:
Oui, c'est ça. Mais pourquoi la demoiselle reste-t-elle muette depuis qu'elle a posé ce si beau texte ?


Alors ça !

Elle doit être tapie à nous observer, nous regarder tourner et retourner, prête à faire surgir la lame qui sera fatale à ce chat noir, dans cette partie sombre, que nous pensons inexistant.

C.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Christian Domec » Sam Mai 17, 2008 10:31 pm

Christian Domec a écrit:
Philipum, avant la dernière phrase il était visible qu'il s'agissait de deux garçons.


A sa relecture il est possible de n'en voir qu'un : dialogue intérieur et fatal.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Christian Domec » Sam Mai 17, 2008 10:33 pm

Par contre, je persiste à ne pas voir le chat !
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar azul47 » Sam Mai 17, 2008 10:34 pm

Lol

Il lui sera difficile de l'attraper alors. Surtout s'il n'y est pas.
Il est difficile d'attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu'il n'y est pas.
Avatar de l’utilisateur
azul47
 
Messages: 370
Inscription: Ven Mar 07, 2008 9:09 pm
Localisation: lot et garonne

Messagepar ushisama » Sam Mai 17, 2008 10:40 pm

Pardonnez mon silence, chaque jour je me disais que j'allais répondre, mais j'oubliais toujours.

Vos commentaires m’ont fait très plaisir, et c’est peu dire !

Philipum : Oui, c’est un homme… Je trouve cela tellement plus ‘facile’, tellement plus intéressant d’user de couples homosexuels. Le couple hétéro a quelque chose de trop ennuyeux, trop banal à mon goût. Je préfère oser le couple gay.

Christian Domec : Ça m’intéresse de connaître les clichés de mon texte ça peut m’aider ! Et oui, j’ai vraiment laissé mes doigts courir sur le clavier, j’ai écris plusieurs passages, quelques copier-coller, des phrases pour relier, et c’était bouclé. Mais c’est la première fois que cela m’arrive, d’habitude, je dois écrire sur papier d’abord, pour une correction au retapage.
Et votre supposition sur mon silence m’a faite rire.

Ishtar : ce que j’adore, c’est qu’avant votre analyse, je n’avais pas pensé à tous cela pour mon texte ! Je suis vraiment contente de votre dernier paragraphe. On m’avait déjà dis que j’avais un style assez mature. Pour moi, il n’y a rien de pire que devoir écrire une histoire où deux personnes restent tout le long à se dire « je t’aime pour toujours / moi aussi mon amour », et la vie est belle, les lapins roses gambadent joyeusement dans des prés en fleur.

Becdanlo : (c’est en l’écrivant ici que j’ai compris le pseudo, je suis un peu longue =.=) Je n’ai pas l’honneur de connaître Mishima, mais je veux bien remédier à cela !

Les fautes… Mon gros problème, je n’ai beaucoup de mal à les voir sur l’écran, et je n’y prends pas garde en tapant (et je dois l’avouer aussi, malheureusement, un grand oubli des règles essentielles du français). On m’en a déjà signalé il y a quelques jours, je n’ai pas eu le temps de les rectifier. Mes textes passent aussi dans les mains d’une correctrice, mais cela lui arrive d’en oublier. Je suis sûre d’en avoir faites pas mal dans ce commentaire, promis, cet été, je revois mon français en long, en large, et en travers !

Je n’ai rien d’autre à vous montrer, car les seuls textes que j’ai écris cette dernière année comportent les noms de groupes japonais, et oui, les fanfictions sont plus faciles à faire lire… Mais si cela vous intéresse, pourquoi pas ?

Un grand merci à vous tous pour ces commentaires encourageants.
ushisama
 
Messages: 13
Inscription: Lun Mai 12, 2008 5:49 pm

Messagepar Christian Domec » Dim Mai 18, 2008 12:45 am

ushisama a écrit:
Pardonnez mon silence, chaque jour je me disais que j'allais répondre, mais j'oubliais toujours.

Il me semblait bien que ce satané matou aller t'empêcher de garder silence.

Citation:
Ça m’intéresse de connaître les clichés de mon texte

J'ai accompagné cette critique de son antidote (la réponse de J-C Martin à propos de La Chambre). Après avoir relu trois ou quatre fois ton texte, leur présence s'est estompée. Mais à la première lecture, j'ai failli me bloquer à la troisième phrase : "Un petit pion sans importance dans cet échiquier géant de la vie". Je m'y suis heurté - vraiment - puis j'ai poursuivi, et rapidement j'ai été pris par le rythme de ton texte. Quand j'ai lu le texte la deuxième fois, j'ai gommé ce passage.

Citation:
j’ai vraiment laissé mes doigts courir sur le clavier, j’ai écris plusieurs passages, quelques copier-coller, des phrases pour relier, et c’était bouclé.


Eh bien, splendide !

Citation:
Je n’ai rien d’autre à vous montrer, car les seuls textes que j’ai écris cette dernière année comportent les noms de groupes japonais, et oui, les fanfictions sont plus faciles à faire lire… Mais si cela vous intéresse, pourquoi pas ?

Becdanlo - oui c'est un cy(si)gne - t'a proposé un "coin", comme il peut y en avoir d'autres dans la partie atelier. Si cela t'intéresse, tu lui dis, tu auras certainement de la visite.

A bientôt,

Christian.

PS : de ton âge, je ne tiens pas compte pour les remarques que je peux faire (j'ai juste lu avec, peut-être, un peu plus d'attention).
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Suivante

Retourner vers Ushisama's corner

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron