Spare part, par ushisama

Le coin à Ushisama

Spare part, par ushisama

Messagepar ushisama » Sam Mai 24, 2008 11:48 pm

Commentaire : je n’aime pas du tout, mais pas du tout du tout. Bonne lecture


Plic, plac, ploc… La pluie tombe sur le monde…
Plic, plac, ploc… Mon sang coule sur le bitume clair…
Plic, plac, ploc… Sa souillure blanche glisse sur ma peau lacérée…
Plic, plac, ploc…
Plic, plac, ploc…

~~~~~~~~~~~~~~~~

« Tu sais pourquoi les gens se sont mis à fabriquer des outils, et à transporter des blocs de pierre ? Pour pouvoir tout détruire ! C’est l’instinct de destruction qui pousse les hommes à construire, et ceux qui détruisent sont les élus de ce monde » [1].


Et moi, qui suis-je ? Un de ces blocs de pierre ? Une de ces tours fragiles comme il en pousse des milliers de nos jours ? Une de ces cases en tôles que le vent détruit chaque jour ? Suis-je un assemblage sans sens ?

Non… Je ne suis pas un assemblage. Je suis un BOUT d’assemblage. Oui… c’est ça, juste un bout, une pièce facilement remplaçable. C’est pour cela que je dois lutter, tous les jours, tous les jours. Sinon, on va me changer. Me jeter. M’oublier.

Pourtant, tous les autres. Eux sont parfaits. Eux, ils s’assemblent correctement. Ils sont toujours en symbiose. Eux, ils seront toujours chéris, et personne ne songera un seul instant à trouver des remplaçants.

Alors pourquoi ? Pourquoi moi je n’ai pas le droit d’être comme eux ? Pourquoi EUX ne voient-ils pas que je suis différent ? Pourquoi ne voient-ils pas ce masque que je m’efforce à porter, jour après jour, ce masque qui tombe en morceau ? Pourquoi suis-je obligé de faire ça pour pouvoir garder ma place ?

Pourquoi ne suis-je qu’une pièce détachée ?

Ça a toujours été comme ça. Je n’ai jamais vraiment fait partie d’un groupe, ou plutôt, je n’ai jamais eu l’impression d’être complètement intégré aux gens parmi lesquels j’étais. Même aujourd’hui, ce personnage boute-en-train n’est qu’une façade. L’illusion d’un Homme heureux de vivre.

Tous ces amis. Tous ces hypocrites qui ne veulent rien voir. Tant que j’utilise bien mes compétences artistiques et que je leur suis agréable, ils ne diront rien. Alors, sourions, et faisons comme si de rien n’était.

Parce qu’après tout, cette machine marche
Même si je ne suis qu’une pièce détachée.

Enroulé dans mes draps, j’essaye de tout oublier. Et lui, que fait-il ? Est-ce qu’il s’amuse ? Est-il heureux ?
Il faut que j’arrête.

Car je n’ai pas le droit d’aimer. Je n’ai pas le droit d’être aimé. Il ne faut pas que je regarde trop les autres personnes, car s’ils apprennent ce que je suis, ce que je suis vraiment, ils me dénigreront, et déchireront encore plus ce chiffon que l’on appelle cœur.

Ma mère me l’avait dit, déjà petit, elle m’a appris que l’amour, ce n’était pas pour moi. Que je n’étais qu’un déchet amené là par erreur. Maman… Tu n’as jamais voulu de moi, n’est-ce-pas ? Comme ce monde dont je cherche à m’éloigner. Ce monde égoïste…

Je veux juste… Rester enfermé dans cette pièce noire et écouter des musiques tristes, et oublier. Oublier ce que je suis, ce que vous êtes.
Oublier que vous préférez tous que je continue sans prendre de plaisir
En sentant mon cœur se déchirer un peu plus à chaque mot.
Si c’est ce qui me permet de vous garder près de moi.
Ou ce qui me permet de rester près de vous.

~~~~~~~~~~~~~~~~
Je dessine mes yeux de noir, me préparant à sortir. Je vais sûrement atterrir dans une de ces boîtes à la mode, grouillant de femmes aux courbes superbement dessinées et d’éphèbes androgynes attendant leur prince baisant.

Peu importe l’endroit, peu importe l’heure et les gens, tant qu’il y a de l’alcool et une personne espérant ma présence. Homme ou femme m’importe peu. Quand on est dans ma condition, on ne fait pas le difficile. Et puis, tous deux sont intéressants. Une femme, à condition qu’elle soit un tant soit peu bonne actrice, ça se baise quand on a des problèmes. Qu’elle simule ou qu’elle y prenne du plaisir, ça ne change pas grand-chose. Il n’y a qu’à la baiser et puis partir.

Alors qu’un homme… C’est plus physique… C’est plus fort, et aussi plus amusant. De la lutte pour la prise du pouvoir des préliminaires à la jouissance, il n’y a que de l’enchantement. Une femme, c’est ennuyant… Il faut prendre soin d’elle, lui dire des mots doux. Si tu ne le fais pas, t’es un pauvre mec voulant juste tirer son coup. Mais si tu les dis sans les penser, t’es qu’un salaud promettant monts et merveilles.

Ouais… En fait, j’ai toujours préféré les hommes aux femmes. Elles, c’est juste un prétexte pour ne pas m’avouer totalement gay, et un vide-couilles quand il n’y a aucun mâle à mon goût.

La musique assourdissante électrise mes sens et hérisse les quelques poils qu’il me reste. Y a-t-il du mal à être coquet ? Et puis là-bas, quelqu’un lui ressemblant vaguement. Je l’accoste, le ravis et l’amène dans mon lit, imaginant que c’est un autre. Chaque soir… Chaque nuit… Et le jour, je me repais de son odeur, de sa peau frôlant la mienne.

Lorsqu’on est amoureux, on commence par se tromper soi-même et on finit toujours par tromper aussi les autres. [2] Me tromper ? En quoi ? N’est-il pas beau ? N’est-il pas parfait ? Je sais que c’est mal, que lui n’est pas celui qui me convient, et que je ne suis certainement pas celui qui lui faut non plus, mais qu’y a-t-il de mal à attendre, à espérer un signe de sa part ? Tu auras beau attendre, rien ne viendra jamais, ton attente n’est qu’un prétexte à ne rien faire, une illusion. [3] Laissez-moi tranquille, je ne vous ai rien demandé. Qui êtes vous pour me juger ? Qui êtes-vous pour me dire que faire de ma vie ? Elle est déjà détruite de toute manière, qu’est-ce que cela peut changer que je m’accroche à un mirage de ce qu’elle pourrait être si j’avais le courage de lui avouer, et qu’il avait la folie d’accepter.

Il n’y a que les femmes qui sachent aimer, les hommes n’y entendent rien… [4]
Alors, qu’est-ce que ce trou dans mon cœur ? Ce n’est pas que du désir, je le sais. J’en suis sûr. C’est vous qui n’y entendez rien. Moi… C’est différent… C’est différent.

Et puis pourquoi dites-vous cela ? A cause de mes nombreux amants ? De cette luxure, de cette aura malsaine autour de moi ? Croyez-vous que cela me plaît d’être ainsi ? De devoir ‘chasser’ pour l’oublier ? Ils me hantent, ils sont toujours là. Les corps de garçons qui réapparaissaient dans ma mémoire, des visions inoubliables de visages plaqués entre mes cuisses, tout ce que j’en avais pensé, après le goût tenace de leur peau sur ma langue, j’avais juré, craché que ce n’était plus possible. Plus jamais. Mais il ne fallait plus jamais dire jamais. [5]

Nuit après nuit, c’est toujours quelqu’un de nouveau. Je suis prisonnier de ce cercle vicieux. Peux-tu le briser ?
Peux-tu faire au moins cela pour moi ?

~~~~~~~~~~~~~~~~
Ce soir encore, je sors pour l’effacer l’espace de quelques instants de mon esprit.
Pourtant, tout est différent.

Au comptoir, une femme vulgaire me fait de l’œil. Non… Pas ce soir… Je me sens vraiment mal. J’en ai besoin d’un très beau. Presque parfait. Pour être presque comme lui. Celui là observant la piste de danse me parait parfait.

Je m’approche de lui en roulant des hanches sensuellement, et lui demande d’une voix suave s’il a du feu. Il sourit et m’accompagne dehors, ne voulant pas laisser seul dans la nuit un si « beau jeune homme ».

Nous nous sommes mis à marcher. Sans y prendre garde, nous nous sommes éloignés. Mais rapprochés d’un autre endroit. Tiens, ce n’est pas très loin de chez toi, quelle mauvaise coïncidence.

Et puis soudain, le mur heurtant mon dos, une main rêche sur ma bouche, des grognements d’animal. Il arrache mes vêtements et se presse de me détruire.

Plic, plac, ploc… La pluie tombe sur le monde…

Je n’essaye même pas de me défendre.
Pas la peine.
Je risquerai de tomber plus vite du rouage.

Plic, plac, ploc… Mon sang coule sur le bitume clair…

Tu me frappes, tu me griffes, mais pourtant, la douleur n’est pas aussi forte
Que celle que je garde enfouie à l’intérieur de moi.
Je sens ma vie dégouliner au fil de tes coups de reins.
Achève-moi, achève-moi.

Plic, plac, ploc… Sa souillure blanche glisse sur ma peau lacérée…

Je n’ai même pas la force de crier.
Je n’ai même pas la force de t’appeler
Toi qui fus ma muse pendant ces années.
Serait-ce trop te demander de revenir me voir
Une dernière fois ?

Un dernier râle de plaisir zèbre la nuit silencieuse.
Ca y est, la pièce détachée est tombée.
Le coup fatal a été porté. Bientôt, elle se retrouvera ensevelie malgré elle.

La pluie tombe… Elle est toujours là pour les situations tragique, n’est-ce-pas ?
C’est pathétique. Je suis là, près de crever, sans avoir avoué à celui habitant quelques immeubles plus loin tout ce que j’aurais dû.

Mon rire clair résonne alors que j’ai réussi à me caler contre le mur.
On aurait dit que la pluie emportait les souvenirs dans les caniveaux avec les vieux mégots et les marrons écrasés [6] Et ma vie avec. Ouais, ma vie ne mérite pas plus de cérémonie que celle dédiée aux cigarettes consumées jusqu’à la moelle.

On était amis, n’est-ce pas ? Alors pourquoi ? Pourquoi a-t-il fallu que cela dérape ? Que je tombe sous ton charme ? Que tu t’éloignes sans pourtant savoir mes sentiments. J’aurais voulu que tu ne me laisses pas tomber. J’aurai voulu que tu sois toujours là. [7] Mais voilà, ce n’est pas le cas, et je crève sur un trottoir puant et sale, dans l’indifférence totale. Putain de monde… Putain de cœur qui ne semble pas vouloir s’arrêter de battre… De battre pour toi…

Mais en fait on ne réalise ses rêves qu’avec du sang de la sueur et des larmes. [8] C’est aujourd’hui que je réalise ces mots. Mon rêve était de l’avoir à moi. Rien qu’à moi, au moins une fois. Il est là, me tenant contre lui. Ou est-ce un de ces mirages dû à l’attente ?

Des mots doux sont glissés à mon oreille. Des caresses sont prodiguées à ma peau. J’entrouvre mes paupières gonflées et mes yeux rougis te voient enfin. Alors, c’est bien toi. Tu ne m’as pas oublié alors. Mes larmes coulent. De soulagement. Ma dernière vision sera la tienne. Au fond, peu m’importe si ce n’est qu’une pâle copie de toi, au moins, j’aurai eu cette illusion réconfortante. Un ultime mirage.

Tu pleures ? Vraiment ? Moi je te souris calmement, caressant avec le peu de force qui me reste ta joue humide de larmes et de pluie. Ces mots se voulant apaisants, ils me vont droit au cœur. Je t’aime… Je t’aime… Mes dernières onces de vie seront pour te crier ces mots.

Puis, mes yeux se referment sur ton visage d’ange qui me supplie d’attendre, de rester avec lui, les secours arrivant. Que lui aussi… J’esquisse un pâle sourire. Alors… C’était vrai… A trop attendre, il ne se passe rien.

Je suis heureux…
Je suis heureux parce que je vais mourir aimé.
Je ne vais pas finir comme ces marrons immangeables.

Finalement, peut-être que… peut-être que la pièce détachée
S’était soudée aux autres sans s’en rendre compte…

Au fond, les sirènes de l’ambulance résonnent. Mais c’est trop tard, la pluie m’efface petit à petit.
Plic, plac, ploc…
Plic, plac, ploc…


FIN
------------------
[1] Murakami Ryû-Les bébés de la consigne automatique (chapitre 7)
[2]Oscar Wilde-Le portrait de Dorian Gray (chapitre 4)
[3] Murakami Ryû-Les bébés de la consigne automatique (chapitre 10)
[4]Denis Diderot-Jacques le fataliste et son maître
[5]Julia Kino-Adieu la chair (chapitre ‘dommage’)
[6]Chris Cleave-Incendiaire (Partie Automne)
[7] Julia Kino-Adieu la chair (chapitre ‘We lost’)
[8]Murakami Ryû-Les bébés de la consigne automatique (chapitre 10)
ushisama
 
Messages: 13
Inscription: Lun Mai 12, 2008 5:49 pm

Messagepar becdanlo » Lun Mai 26, 2008 12:27 am

C'est bien écrit Ushisama, il y a de l'émotion... mais tu vois, il y a des trucs qui me choquent. On va dire que c'est ton personnage, que ce n'est pas ta personne, mais quand je lis:

Ouais… En fait, j’ai toujours préféré les hommes aux femmes. Elles, c’est juste un prétexte pour ne pas m’avouer totalement gay, et un vide-couilles quand il n’y a aucun mâle à mon goût.

Je n'ai jamais eu l'impression que les homos méprisaient les femmes...

Venant d'une fille de 16 ans, puisque tu t'es présentée comme ça, je m'étonne un brin. C'est pas que je veuille du "socialement correct" mais je suis bougrement gêné aux entournures!

J'aime qu'on me parle avec franchise de mes textes, donc, n'hésitez surtout pas à tout dire.
dis-tu dans ta présentation.
Alors voila c'est fait!


bec'

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Romane » Lun Mai 26, 2008 2:18 am

Eh bien si tu as vraiment 16 ans, ma belle, ça promet ! On est tout de suite dans l'ambiance, le personnage se dessine nettement, son état d'esprit aussi, son ambiance, ses tourments, sa rage quelque part aussi, épuisante et fragilisante.
Rien ne m'a choqué dans le texte, au contraire de Bec', et je trouve même que le lâchage de mots et d'expressions est remarquable, car je rencontre souvent (trop souvent) des gens qui n'osent pas, quand bien même ils sont seuls devant leur papier et sans obligation de diffuser leurs mots.
Pour tout ça, régal et applaudissements.

Ne cesse pas d'écrire, ce serait dommage !
Romane
 
Messages: 837
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm

Messagepar Ishtar » Lun Mai 26, 2008 6:45 am

Ma fille a le même âge que toi Ushi... les mêmes expressions, les mêmes intonnations, la même révolte mais j'avoue qu'elle ne l'exprime pas aussi "bien" que toi.
Cela dit...

J'aime cette ambiance glauque que l'on retrouve dans tes textes. J'ai bien l'impression que tu as trouvé ton style, un peu "Bin Trash Gore".
Si je peux me permettre, tu as tout intérêt à continuer dans ce registre, il te convient. C'est dur. Les phrases sont courtes et c'est cela qui donnent leur force de frappe...
En toute sincérité, j'aime ton style bien que... je me sens "insultée" en tant que femme (ex. "Une femme, à condition qu’elle soit un tant soit peu bonne actrice, ça se baise quand on a des problèmes. Qu’elle simule ou qu’elle y prenne du plaisir, ça ne change pas grand-chose. Il n’y a qu’à la baiser et puis partir. ")
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3767
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar Christian Domec » Lun Mai 26, 2008 10:37 am

Romane a écrit:
Eh bien si tu as vraiment 16 ans, ma belle, ça promet !


Ouaip, le texte est bon.

J'aime bien les citations avec leur référence.

Christian (qui risque de ne jamais plus avoir 16 ans).
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Romane » Lun Mai 26, 2008 11:30 am

Ishtar a écrit:
j'aime ton style bien que... je me sens "insultée" en tant que femme (ex. "Une femme, à condition qu’elle soit un tant soit peu bonne actrice, ça se baise quand on a des problèmes. Qu’elle simule ou qu’elle y prenne du plaisir, ça ne change pas grand-chose. Il n’y a qu’à la baiser et puis partir. ")


Justement, ça prouve que le texte fonctionne. C'est comme si, dans un film, on attendait d'une scène de viol qu'elle nous épargne, nous, spectateurs. Un viol est forcément violent, il choque et c'est normal et heureusement. Eh bien là c'est la même chose.

Je crois, Ishtar, qu'il faut prendre du recul par rapport aux lectures, films, ou autres issus de la création, et non pas des actes quotidiens. Ils permettent justement de réfléchir, ou de se positionner, ou peut-être de comprendre, bref en tout cas, le fait que ça ne laisse pas indifférent est positif, ça prouve que le message est bien passé.

D'autant que c'est bien "le personnage" du texte, qui s'exprime, et que la pensée de ce personnage est l'exact reflet de ce que certains hommes pensent des femmes... Ce sont plutôt ces derniers, qui insultent. Le personnage, lui, n'existe pas ailleurs que dans un texte.

C'est là que je me dis que si le lecteur ne sait pas prendre du recul par rapport à la fiction, il peut y avoir quiproquo (nombreux sur le Net)
Romane
 
Messages: 837
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm

Messagepar Ishtar » Lun Mai 26, 2008 11:37 am

C'est exact Romane... c'est la raison pour laquelle, je dis que le style de Ushi est frappant et percutant car il touche le point le plus sensible du lecteur. Faire cela en écriture est très difficile; Ushi y arrive sans peine. Elle doit absolument continuer dans ce style là, il lui convient parfaitement.
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3767
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar Romane » Lun Mai 26, 2008 1:09 pm

:wink: Ishtar.

Je suis stupéfaite de cette écriture chez quelqu'un de si jeune. Emerveillée, je dirais même. Si tous les jeunes.......... :roll:
Romane
 
Messages: 837
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm

Messagepar Christian Domec » Lun Mai 26, 2008 1:30 pm

Romane a écrit:
:roll:

Ouaip.*

*Degré zéro du dialogue dans un forum.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Romane » Lun Mai 26, 2008 1:41 pm

:lol: :lol:

Tu t'entraines au néant, Christian ?
Romane
 
Messages: 837
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm

Messagepar Christian Domec » Lun Mai 26, 2008 2:35 pm

Romane a écrit:
Tu t'entraines au néant, Christian ?

Oui, je m'aperçois que mon temps d'apprentissage est compté et que j'ai encore pas mal de retard sur une foule de petits camarades. Mais, bon, en m'appliquant, je devrais y arriver.

Je suis encore plus étonné lorsque Ushisama répond aux critiques d'un bloc avec aisance. J'attends avec impatience celle de ce fil, bien que les critiques furent une peu lapidaires. "Bande de fainéants ;-)".

Je tombe dessus et j'aime bien ce "bitume clair".

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar ushisama » Lun Mai 26, 2008 8:08 pm

Bon bon bon... Ca fait plaisir de voir plein de commentaires après une journée de lycée. Comme je l'ai déjà dis, j'étais peu convaincue par ce texte.

Becdanlo : J'avoue que j'ai hésité (un tout petit) peu avant de mettre cette phrase. Je ne pensais pas en disant cela montrer que les homo méprisent les femmes (ou alors, certains amis me méprisent =/). Et puis je me suis dit qu'après tout, tant qu'à choquer, autant le faire jusqu'au bout.

Romane : tu es la deuxième personne à me dire "si tu as vraiment 16 ans" depuis que j'ai publié ce texte hier soir. Pourquoi cette phrase, j'avoue que je ne sais pas ! Et je n'ai pas l'intention d'arrêter d'écrire, bien que l'envie m'a prise il y a quelques mois

Ishtar : alalala, j'imagine même pas la tête que ferait ma mère si elle voyait mes textes. Elle voudrait les lire, mais je veux pas les lui montrer, j'aurai trop peur de la choquer !!
Ce style me plaît bien aussi, mais peut-être qu'élargir mes sujets pourrait être bénéfique. A voir, un jour où l'inspiration trash m'aura quitté !
Et quand au sentiment d'être insultée, je suis désolée, mais c'est un point de vue que je partage en partie, dans certaines situations. J'ai des idées bien précise sur les femmes, qui étonnent parfois venant d'une 'fille de ma génération', bref, j'espère que vous l'avez compris, je ne cherche à insulter personne, ni à provoquer les éventuelles féministes passant par là

C.D : J'aime mes livres, je corne les pages et grise les phrases qui me plaisent (cela choque pas mal de monde d'ailleurs, que j'écrive sur mes livres), donc, j'aime les insérer dans mes textes.

Ishtar : "je dis que le style de Ushi est frappant et percutant car il touche le point le plus sensible du lecteur.", je ne sais pas si c'est un compliment de ta part, mais en tout cas, cela me fait plaisir !

Romane : Stupéfaite, emerveillée ?

CD : "Je suis encore plus étonné lorsque Ushisama répond aux critiques d'un bloc avec aisance." Question d'éducation. Mon père m'a toujours appris à répliquer, à ne pas me laisser faire par des attaques orales destinées à me destabiliser (et dieu sait qu'il m'en fait beaucoup !!), donc j'ai de l'entraînement !

merci à tous
ushi (qui va manger)
ushisama
 
Messages: 13
Inscription: Lun Mai 12, 2008 5:49 pm

Messagepar MarcFenek » Lun Mai 26, 2008 9:04 pm

J'aime un peu moins que le précédent, mais c'est surtout la multiplication des citations qui me dérange. À ce stade, j'aurais tendance à ne pas les signaler, et tant mieux pour ceux qui les voient, tant pis pour les autres. (D'ailleurs, pour les explorateurs, mes nouvelles sont bourrées de citations ou d'allusions plus ou moins alambiquées... J'attends la liste, je relève les copies demain.)

Ceci étant, la principale réussite de ce texte, c'est qu'en le lisant, j'entends une voix de mec. Jeune. 20-25 ans et très mal dans sa peau. C'est peut-être là la source de cette répétition hallucinante de «t'as vraiment 16 ans ?» et de «t'es vraiment une fille ?». :wink:

Ceci étant, ce n'est pas un cas totalement isolé : j'aurais jamais cru que Corpus Christine avait été écrit par une nana de mon âge... Peut-être que la psychologie masculine est plus facile à imiter ?
Dieu créa l'homme. Puis, Elle se dit : «Je peux faire mieux !»
Et Elle créa la femme.
Avatar de l’utilisateur
MarcFenek
 
Messages: 119
Inscription: Dim Nov 25, 2007 6:55 pm
Localisation: fr-FR

Messagepar Ishtar » Lun Mai 26, 2008 9:09 pm

MarcFenek a écrit :
Citation:
Peut-être que la psychologie masculine est plus facile à imiter ?

Que veux-tu insinuer Marc ?
Que nous les femmes sommes trop compliquées et dans l'impossibilité à décrire :wink:
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3767
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar ushisama » Lun Mai 26, 2008 9:24 pm

Ishtar a écrit:
MarcFenek a écrit :
Citation:
Peut-être que la psychologie masculine est plus facile à imiter ?

Que veux-tu insinuer Marc ?
Que nous les femmes sommes trop compliquées et dans l'impossibilité à décrire :wink:


je les trouve plutôt inintéressantes personnellement
(d'où la présence de couples gays dans mes textes)
ushisama
 
Messages: 13
Inscription: Lun Mai 12, 2008 5:49 pm

Suivante

Retourner vers Ushisama's corner

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron